Drones kamikazes en Ukraine : l’Iran nie toute implication, l’UE prépare des sanctions

L'Iran est-elle à l'origine du matériel utilisé par la Russie pour réaliser ses attaques par drone contre l'Ukraine ? Malgré son démenti, l'UE s'apprête à contre-attaquer.

Attaque par drones
Belgaimage

La Russie et l’Iran ont fermement démenti mercredi à l’ONU toute fourniture par Téhéran de drones armés à Moscou dans sa guerre en Ukraine, tandis que l’Union européenne a promis de prochaines sanctions contre la République islamique.

L’un après l’autre, l’ambassadeur russe adjoint auprès des Nations unies Dmitri Polianski et l’ambassadeur iranien Amir Saïd Iravani se sont succédé devant la presse à la porte du Conseil de sécurité après deux heures de réunion à huis clos, à la demande des Occidentaux, sur le dossier des drones iraniens en Ukraine. Le diplomate russe, ironique et très en verve, a fustigé " des accusations sans fondement, des théories du complot et aucune preuve présentée devant le Conseil de sécurité ". M. Polianski a affirmé que les drones " utilisés par l’armée russe en Ukraine étaient fabriqués en Russie " et donc pas d’origine iranienne. L’ambassadeur iranien a également balayé des " allégations sans fondement et sans substance " sur ce transfert présumé de drones entre les deux alliés et a répété que son pays souhaitait un " règlement pacifique " du conflit ukrainien.

Lire aussi : Guerre en Ukraine : les images du crash de l’avion militaire russe qui a fait au moins 3 morts et 19 blessés à Ieïsk

A son démenti, le Russe Polianski a ajouté une menace envers le secrétariat général de l’ONU et son chef Antonio Guterres. En cas d’enquête onusienne " absolument non professionnelle et politique " pour déterminer l’origine des drones en Ukraine, " nous aurions à reconsidérer notre collaboration avec eux (le secrétariat général), ce qui ne serait dans l’intérêt de personne ", a lancé le diplomate. Téhéran a nié à plusieurs reprises ces derniers jours fournir des armes et des drones à la Russie pour ses opérations en Ukraine. Mais sur le terrain, l’armée de l’air de Kiev a affirmé mercredi avoir détruit 223 drones iraniens depuis mi-septembre. De même à Bruxelles, la porte-parole de la diplomatie européenne Nabila Massrali a annoncé que l’UE avait rassemblé " suffisamment de preuves " démontrant que les drones utilisés par Moscou ont été fournis par Téhéran.

Elle a dit que les 27 préparaient " une réponse européenne claire, rapide et ferme ". Une liste de sanctions leur a été soumise et une décision est attendue " dans le courant de la semaine ", selon une source diplomatique. D’après cette liste vue par l’AFP, les sanctions visent notamment la compagnie iranienne Shahed Aviation Industries, liée aux puissants Gardiens de la Révolution, et trois responsables militaires, dont le général Mohammed Hossein Bagheri, chef d’état-major des forces armées iraniennes.

Sur le même sujet
Plus d'actualité