La Russie fait plonger la liberté sur internet dans le monde : voici le classement

La liberté d'expression sur internet recule (encore), surtout en Russie, même si d'autres pays s'améliorent.

liberté d'expression sur internet censurée
© Adobe Stock

La Russie a fait reculer la liberté d’expression sur internet au niveau mondial, a estimé mardi une ONG américaine, qui note cependant une amélioration pour de nombreux autres pays.

Pour la 12e année consécutive, la liberté sur internet est globalement en baisse dans le monde, relève le rapport de Freedom House, qui impute cela à des conditions qui se dégradent avant tout en Russie, mais également en Birmanie, au Soudan et en Libye.

L’invasion russe de l’Ukraine a affaibli la liberté en ligne non seulement en Russie et en Ukraine, mais également dans le monde entier ", a déclaré Allie Funk, co-autrice du rapport. La notation de la Russie a dégringolé de sept points cette année, de 30/100 à 23/100, un plus bas historique pour le pays, notamment en raison du blocage de sites internet et de réseaux sociaux par le Kremlin, qui cherche à censurer toute publication dissidente à propos de son " opération militaire spéciale " en Ukraine.

Islande première, la Chine dernière

En dehors de cela et avec du recul, ajoute Allie Funk, la situation mondiale " est en fait bien plus positive qu’auparavant ". Sur les 70 pays examinés, 26 pays ont fait des progrès, note le rapport annuel, et notamment la Gambie, récemment sortie de vingt ans de dictature, et le Zimbabwe, avec une loi récente sur la protection des données. L’Islande obtient le meilleur score, 95/100.

Sur les trois ou cinq dernières années, la question des droits humains en ligne a fait l’objet d’une très forte attention, de gouvernements démocratiques investissant dans la liberté en ligne aux entreprises de technologies – certaines – commençant à s’intéresser à ces questions ", a salué Allie Funk, directrice de recherche à Freedom House.

Mais le ciel n’est pas tout rose dans le reste du monde, avertit l’ONG, la Chine restant détentrice de la pire note du classement (10/100). Le rapport pointe la censure sévère de Pékin sur ses politiques anti-Covid, autour des Jeux olympiques d’hiver et sur la controverse à propos de la star de tennis Peng Shuai, disparue un temps après des accusations de violences sexuelles contre un ancien dirigeant chinois.

En Europe, le pire score est détenu par la Turquie (32/100). La Belgique n’est pas notée, mais la France (76), l’Allemagne (77) et la Grande-Bretagne (79) le sont, elles.

Sur le même sujet
Plus d'actualité