L’ouragan Julia menace l’Amérique centrale

L'ouragan Julia devrait traverser de part en part l'Amérique centrale, mettant ainsi en alerte plusieurs pays de la région.

Julia à San Andres
L’île de San Andres faisant face à Julia, le 8 octobre 2022 ©BelgaImage

Plusieurs pays d’Amérique centrale étaient en alerte samedi à l’approche de Julia qui vient de se transformer ce week-end en ouragan au-dessus de la mer des Caraïbes avant de toucher terre au Nicaragua, selon le Centre national américain des ouragans (NHC) et les autorités locales.

Des îles colombiennes en "alerte maximale"

"Julia devrait se renforcer en ouragan plus tard dans la journée (samedi). Une alerte à l’ouragan est en vigueur pour certaines parties des côtes du Nicaragua, et les îles Providence et San Andres", a annoncé l’agence américaine dans un communiqué. Les précipitations du weekend pourraient provoquer des "crues soudaines et des coulées de boue" potentiellement meurtrières en Amérique centrale, a également averti le NHC.

Selon l’Institut colombien d’hydrologie, de météorologie et d’études environnementales (Ideam), la tempête tropicale se trouvait à 20H30 HB à 195 km de San Andres et à 180 km de Providence, une île qui complète avec Santa Catalina un archipel colombien d’environ 48.000 habitants. Le président colombien Gustavo Petro a décrété l’"alerte maximale" à San Andres. La tempête avance à une vitesse d’environ 30 km/h avec des vents soutenus de 93 km/h, selon l’Ideam.

Le Nicaragua directement menacé

À Bluefields, l’une des principales villes de la côte caribéenne du Nicaragua, les pêcheurs mettaient leurs bateaux en sécurité et les habitants se précipitaient pour faire des provisions et retirer de l’argent. "Nous devons nous préparer avec de la nourriture, du plastique, un peu de tout, car nous ne savons pas ce qui va se passer", confiait à l’AFP Javier Duarte, un ébéniste qui priait pour que la tempête dévie sa trajectoire et épargne sa ville et ses 60.000 habitants.

Le Système national pour la prévention des catastrophes du Nicaragua (Sinapred) a mis samedi tout le pays en alerte jaune et activé des unités de secours. Le gouvernement a conseillé aux habitants de protéger leur maison et de se tenir prêts "à évacuer et à se mettre à l’abri si nécessaire".

Au Guatemala, le président Alejandro Giammatei a annoncé sur Twitter avoir demandé aux institutions de se tenir prêtes à aider et à soutenir les Guatémaltèques qui pourraient être touchés. Vingt-deux départements de ce pays dont 60% de la population vit dans la pauvreté ont été placés en alerte rouge par les services de la protection civile guatémaltèque (Conred), à l’approche de la tempête, qui pourrait également toucher le Honduras et le Salvador.

Sur le même sujet
Plus d'actualité