La Slovénie et Cuba autorisent le mariage homosexuel et l’adoption homoparentale

La Slovénie est devenue le premier État d'Europe de l'Est à autoriser le mariage homosexuel. À Cuba, le nouveau code de la famille devient l'un des plus progressistes d'Amérique latine.

Drapeaux cubain et LGBT+
Les drapeaux cubain et arc-en-ciel représentés sur un mur ©BelgaImage

Le Parlement slovène a adopté mardi un amendement autorisant le mariage des couples de même sexe et l’adoption, après un arrêt de la Cour constitutionnelle, faisant de ce pays le premier d’Europe de l’Est à légiférer en ce sens. À Cuba, l’autorité électorale a annoncé officiellement mardi les résultats définitifs du référendum sur un nouveau code de la famille qui autorise notamment le mariage homosexuel et la gestation pour autrui. Le "oui" l’a emporté par 66,85% des voix, contre 33,15% pour le "non", a indiqué en conférence de presse Alina Balseiro, la présidente du Conseil électoral national.

La Slovénie à contre-courant de son voisin hongrois

En Slovénie, l’amendement au droit de la famille a été voté par 48 députés, 29 parlementaires se sont prononcés contre et un autre s’est abstenu. La Slovénie, issue de l’éclatement de la Yougoslavie, est le premier pays anciennement communiste à entériner cette réforme en Europe, la plupart de ses voisins n’autorisant ni les unions civiles, ni les mariages entre personnes de même sexe. En Hongrie, évoquer l’homosexualité devant des mineurs est même passible d’une amende depuis l’été 2021. En juillet, la plus haute instance judiciaire avait estimé que la loi définissant le mariage comme la seule union d’un homme et d’une femme faisait subir une discrimination aux couples gays et lesbiens. Elle avait suspendu les articles contestés avec effet immédiat et ordonné au Parlement d’amender le texte dans un délai de six mois.

"Avec ces modifications, nous reconnaissons aux couples de même sexe des droits qu’ils devraient avoir depuis longtemps", a déclaré le secrétaire d’État Simon Maljevac devant les députés, lors de la présentation de l’amendement. La principale formation siégeant dans l’opposition, le Parti démocratique slovène (SDS), a critiqué la décision de la Cour et organisé plusieurs rassemblements d’opposants. "Le meilleur des pères ne remplacera jamais une mère et vice-versa", a énoncé le président du groupe parlementaire SDS, Alenka Jeraj, à l’ouverture des débats. Membre de l’Union européenne (UE) depuis 2004, cet État alpin de deux millions d’habitants rejoint 17 pays du continent ayant déjà légalisé le mariage pour tous.

Un ensemble de nouveaux droits sociaux à Cuba

À Cuba, la participation au vote s’est établie à 74,12%, la plus basse enregistrée pour un référendum. En 2019, la participation au référendum sur la nouvelle Constitution avait atteint 90,15%. Le nouveau code de la famille, qui remplace l’ancien datant de 1975, est un des plus progressistes d’Amérique latine en matière de droits sociétaux. Il définit le mariage comme l’union de "deux personnes", légalisant ainsi le mariage homosexuel, et autorise l’adoption homoparentale.

Outre cet aspect, ce nouveau code renforce les droits des enfants, des personnes âgées et des handicapés, et introduit la possibilité de reconnaître légalement plusieurs pères et mères, outre les parents biologiques. Il autorise enfin la gestation pour autrui "solidaire", sans fins lucratives. Quelque 8,4 millions de Cubains étaient appelés le 25 septembre à répondre par oui ou par non à la question: "Êtes-vous d’accord avec le code des familles?".

Sur le même sujet
Plus d'actualité