Angèle, Julie Gayet, Marion Cotillard… 50 artistes soutiennent les Iraniennes en coupant leurs cheveux

Plus d'une cinquantaine d'artistes ont publié une vidéo commune où elles se coupent une mèche de cheveux pour soutenir les manifestations en Iran.

Manifeste pour l'Iran
Extraits de la vidéo du collectif d’artistes pour l’Iran ©Captures d’écran Instagram

Ce 5 octobre, une cinquantaine de chanteuses et actrices francophones ont diffusé simultanément une vidéo sur les réseaux sociaux. Dans celle-ci, elles apparaissent toutes à tour de rôle à peine une seconde, le temps de se couper une mèche de cheveux. Un geste symbolique qui fait écho au mouvement des femmes en Iran, où les protestataires se coupent les cheveux, parfois en les rasant, suite au décès de Masha Amini, 22 ans, après son arrestation pour infraction au port du voile obligatoire. Pour manifester leur soutien, ce sont ainsi pas moins de 53 femmes de chez nous qui prennent le relai de ce combat via cette vidéo.

"Il est impossible de ne pas dénoncer cette terrible répression"

Les artistes présentes sont souvent très connues du grand public. Parmi les noms que l’on peut citer, notons par exemple ceux d’Alexandra Lamy, Angèle, Barbara Pravi, Bérénice Bejo, Charlotte Gainsbourg, Isabelle Adjani, Isabelle Huppert, Jane Birkin, Juliette Binoche, Juliette Armanet, Julie de Bona, Julie Gayet, Marion Cotillard, Muriel Robin, Pomme ou encore Yaël Naim. On y trouve aussi des présidentes d’associations comme la Fondation des Femmes, la Voie de la Justice, Lawyers for Women et PFDM (Pour les Femmes dans les Médias). Comme l’explique France Inter, l’initiative a été lancée par trois avocats, notamment Richard Sédillot, spécialisé dans la défense des droits de l’homme. Le tout est diffusé avec la reprise de "Bella Ciao" en farsi par une Iranienne au nom resté inconnu qui a fait des millions de vues sur les réseaux sociaux en interprétant cette chanson sans voile.

"Depuis la mort de Mahsa, survenue le 16 septembre, le peuple iranien, les femmes en tête, manifeste au péril de sa vie. Ce peuple n’espère qu’un accès aux libertés les plus essentielles. Ces femmes, ces hommes, demandent notre soutien. Leur courage et leur dignité nous obligent", fait savoir le collectif. "Il est impossible de ne pas dénoncer encore et toujours cette terrible répression. Les morts et les mortes se comptent déjà par dizaines, parmi lesquels des enfants. Les arrestations ne font que grossir le nombre des prisonniers et prisonnières déjà détenus en toute illégalité et trop souvent torturés. Nous avons ainsi décidé de répondre à l’appel qui nous était lancé en coupant, nous aussi, quelques-unes de ces mèches", concluent les artistes.

Cette vidéo suit la tribune réalisée mardi via l’AFP par un millier de stars du cinéma pour "soutenir la révolte des femmes en Iran". On y trouvait déjà Marion Cotillard et Isabelle Huppert mais aussi Léa Seydoux, Louis Garrel, Dany Boon, Jacques Audiard, etc. "Nous appelons tou·te·s celles et ceux qui s’insurgent contre l’assassinat de Mahsa Amini et la répression massive, brutale et meurtrière, ordonnée par les autorités iraniennes, à exprimer haut et fort leur solidarité à l’égard du peuple iranien", déclaraient-ils. Le "combat universel pour les femmes, pour la vie et pour la liberté est aussi le nôtre".

Selon l’ONG Iran Human Rights, au moins 154 personnes ont été tuées dans les manifestations qui secouent l’Iran depuis près de trois semaines. Par ces décès, l’association compte notamment au moins 63 personnes mortes à Zahedan, au sud-est du pays, au vu de la violente répression du mouvement de protestation par les autorités. Le mouvement s’est également étendu au milieu universitaire, la grande université de Téhéran ayant d’ailleurs été fermée alors que les manifestants étaient réprimés par la police. Le Guide suprême du pays, Ali Khamenei, est d’abord resté silencieux avant de déclarer ce lundi que les "émeutes" étaient le fait d’un complot fomenté par les USA et Israël et non d’"Iraniens ordinaires", qu’importe les nombreuses vidéos sur les réseaux sociaux qui prouvent le contraire. Le président américain Joe Biden a promis un renforcement des sanctions envers Téhéran et ce dès cette semaine.

Sur le même sujet
Plus d'actualité