Ukraine: les territoires occupés demandent à être rattachés à la Russie

Les chefs séparatistes des régions concernées se sont prononcés en faveur d'une annexion rapide à la Russie après la victoire du oui lors des très contestés référendums.

Référendum dans les territoires occupés en Ukraine
©Belga

Après les votes d’annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes, les chefs séparatistes demandent leur rattachement à la fédération au président Vladimir Poutine. Les scrutins, " référendums " largement condamnés par Kiev et ses soutiens occidentaux, y compris la Belgique, ont eu lieu la semaine de vendredi à mardi passé. Les résultats ne sont pas validés sur la scène internationale.

"Les citoyens de la république populaire de Lougansk ont choisi un avenir brillant et prospère", selon le dirigeant prorusse de cette région séparatiste, Léonid Passetchnik.

"Cher Vladimir Vladimirovitch (…) je vous demande d’examiner la question de l’adhésion de la République populaire de Lougansk à la Russie en tant que sujet de la Fédération de Russie", a déclaré le chef séparatiste prorusse de Lougansk (est), Leonid Passetchnik, dans un texte publié sur Telegram. "Nous sommes conscients du lien historique, culturel et spirituel avec le peuple multinational de Russie", a-t-il fait valoir, vantant " le rêve " selon lui des habitants de sa région de rejoindre la Russie, " son port natal ".

M. Passetchnik avait indiqué un peu plus tôt se rendre à Moscou, tout comme son homologue de la région de Donetsk, Denis Pouchiline, pour formaliser l’annexion à la Russie.

"Un processus absolument légal"

Les administrations de l’occupation de la région de Donetsk de même que celle de Kherson (sud) se sont aussi prononcées après le référendum pour une annexion au voisin russe. La région de Zaporijjia a aussi demandé son intégration à la Russie au président Poutine, a assuré un responsable de l’administration d’occupation russe, Vladimir Rogov.

Dans une lettre adressée au président russe, Vladimir Saldo, qui dirige l’administration d’occupation de Kherson, a défendu un processus électoral " absolument légal " à ses yeux et invoqué le droit d’autodétermination des peuples, inscrit dans la Charte des Nations unies, face aux nombreuses condamnations de Kiev et de la communauté internationale. Un peu plus tôt, il avait indiqué demander à Vladimir Poutine de parachever l’annexion " le plus vite possible ".

Vladimir Poutine sera en communication d’une manière ou d’une autre avec MM. Passetchnik et Pouchiline, mais les modalités sont encore en cours de préparatif, a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Nous vous informerons aussitôt quand des entrevues sont programmées et si elles sont programmées", a-t-il fait savoir à des journalistes, selon l’agence de presse russe TASS. Il n’a pas répondu aux questions relatives au calendrier pour la signature de traités avec les régions séparatistes.

Le même scénario qu’en Crimée pour Zelensky

Ces derniers jours les observateurs ont recensé à de multiples occasions que les habitants des diverses régions avaient été obligés de voter. Alors que le dépouillement des bulletins est terminé, 98% des votants ont plébiscité le rattachement de Lougansk (ouest de l’Ukraine), 93% de Zaporijjia, et 87% de Kherson, selon l’occupant russe. Mardi soir, la commission électorale de Donetsk a même fait part de 99,23% de voix favorables à l’annexion à la Russie.

"La reconnaissance par la Russie des ‘pseudo-référendums’ comme ‘normaux’, la mise en oeuvre du (même) scénario qu’en Crimée et une énième tentative d’annexer une partie du territoire ukrainien signifie que nous n’avons pas à discuter avec l’actuel président russe", a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans une vidéo enregistrée et diffusée lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU mardi.

Sur le même sujet
Plus d'actualité