Covid : en Chine, une petite mais rare manifestation contre un nouveau confinement

La population chinoise en a ras-le-bol de la stratégie anti-Covid de son pays. À Shenzhen, une manifestation a eu lieu contre un nouveau confinement. Exceptionnel.

dépistage covid à Shenzhen en chine
© BelgaImage

Des dizaines de personnes ont manifesté dans un quartier de Shenzhen en Chine contre un nouveau confinement annoncé après la découverte de quelques cas de Covid-19, selon des images diffusées sur les réseaux sociaux vérifiées par l’AFP.

Cette mégalopole de plus de 18 millions d’habitants située dans le Sud de la Chine a signalé mardi 10 nouvelles contaminations, poussant les autorités, sous pression à quelques semaines de l’important Congrès du Parti communiste chinois à Pékin, à réagir pour éviter une flambée des cas. Des vidéos vérifiées par l’AFP circulant sur les sites chinois Weibo et Instagram montrent des dizaines de personnes criant " Levez le confinement ", sous le regard de rangées de policiers en tenue médicale bleue, dans le quartier de Shawei, proche du siège du gouvernement local.

La station de métro de Shawei a été fermée jusqu’à nouvel ordre à partir de 22 heures (16h00 à Bruxelles) lundi " dans le cadre de la prévention et du contrôle de la pandémie ", a annoncé par communiqué l’opérateur du métro de la ville.

Stratégie zéro-Covid

Les habitants de 14 " zones à haut risque " réparties dans trois districts ont été contraints de se confiner chez eux à partir de mardi, ont indiqué les autorités sanitaires, sans préciser le nombre de personnes affectées. Dans quinze autres quartiers considérés à risque modéré, les habitants ne sont autorisés à se déplacer qu’à l’intérieur de leurs résidences.

Shenzhen, tentaculaire centre technologique voisin de Hong Kong, venait tout juste d’alléger ses restrictions sanitaires imposées depuis plusieurs semaines, après une fermeture des écoles et des lieux de divertissement début septembre.

Les habitants ne peuvent utiliser les transports publics, entrer dans un restaurant ou accéder aux services publics, y compris les hôpitaux, que munis d’un test PCR négatif datant de moins de 24 heures.

Sur le même sujet
Plus d'actualité