Ukraine-Russie : assiste-t-on à un tournant de la guerre ?

Après la contre-offensive ukrainienne, Poutine sera-t-il tenté de jouer le tout pour le tout dans un scénario catastrophique?

poutine en pleine guerre en Ukraine
© BelgaImage

Ukraine

Contre-offensive
En deux semaines, le vent a tourné. Les forces ukrainiennes ont mené une vaste contre-offensive entamée à Kherson, dans le sud du pays, puis dans toute la région de Kharkiv, au nord-est. La ville d’Izioum souvent évoquée ces derniers jours par les médias en fait partie. Au total, l’Ukraine a récupéré 8.000 km2 de terrain.

Macabres découvertes
À Izioum, 47.000 habitants, une fosse commune et 443 tombes ont été découvertes au milieu d’une forêt après le départ des forces russes le 15 septembre dernier. L’exhumation des corps est en cours pour déterminer les causes de la mort. Des tests ADN seront également réalisés.

L’aide américaine
Le succès de la contre-offensive est dû au courage et au patriotisme ukrainiens, mais aussi au soutien américain. L’armée de Zelenski a pu bâtir sa stratégie grâce au système de renseignement et à la flotte de satellites militaires US, qui prodiguent des informations sur l’emplacement des Russes sur le champ de bataille.

La fin de la guerre
Pour la suite des événements, un scénario crédible est que cette contre-offensive permette à l’Ukraine de prendre le dessus sur l’armée russe, voire de remporter la guerre. Ce qui impliquerait plus que probablement certains sacrifices territoriaux dans le Donbass, a minima.

Zelensky en pleine guerre en Ukraine

© BelgaImage

Russie

Toujours en place
L’armée russe bat en retraite. Pour autant, le président Poutine a affirmé qu’il n’était “pas pressé” de quitter l’Ukraine. Il entend “voir comment la contre-offensive va se terminer” avant de décider quoi que ce soit. Il a notamment rappelé que les opérations offensives dans le Donbass ne s’étaient pas arrêtées, ce qui est vrai.

Crimes de guerre
La Russie a-t-elle commis de nouveaux crimes de guerre? Selon les autorités ukrainiennes, la réponse est positive. “Une majorité” des tombes à Izioum seraient occupées par des civils. Côté russe, on crie à la fake news. L’Agence officielle russe affirme que l’armée n’a jamais tué de civils.

En manque de soutien
Lors du sommet en Ouzbékistan, les présidents russe et chinois ont affiché leur volonté de renforcer leurs liens. Toutefois, Xi Jinping refuse toujours de fournir des armes à Poutine. L’Inde, autre soutien russe notable, a également répété que “l’heure n’est pas à la guerre”.

L’intensification de la guerre
L’autre option crédible est de voir Poutine disjoncter face au recul de son armée. Il pourrait être tenté de jeter toutes les armes russes dans le conflit, jusqu’à, comme le craint Joe Biden, l’usage du nucléaire et d’armes chimiques. Mais cela plongerait la Russie dans une catastrophe sans précédent en raison des impacts diplomatiques, judiciaires et économiques.

Sur le même sujet
Plus d'actualité