Menaces de Poutine: "Un danger pour la paix mondiale"

Les décisions du président russe Vladimir Poutine alarment la diplomatie européenne et plusieurs grands dirigeants.

Menaces de Poutine:
Vladimir Poutine. (@Belga Image)

La paix dans le monde est mise "en danger" par les décisions du président russe Vladimir Poutine de mobiliser les réservistes et par ses menaces d’utiliser des armes nucléaires, a averti mercredi le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

"L’annonce par Poutine de référendums fictifs, d’une mobilisation militaire partielle et d’un chantage nucléaire constituent une grave escalade", a-t-il tweeté.

"Menacer avec des armes nucléaires est inacceptable et représente un réel danger pour tous", a-t-il insisté.

"La communauté internationale doit s’unir pour empêcher de telles actions. La paix mondiale est en danger", a-t-il averti.

Quelques heures plus tôt, son porte-parole Peter Stano avait assuré que les dernières initiatives du dirigeant russe auraient des "conséquences".

"Les États membres de l’UE ont déjà tenu une réunion de coordination en marge de l’assemblée générale à New York", a-t-il précisé. Peter Stano n’a cependant pas souhaité élaborer, affirmant que les détails des discussions étaient "confidentiels".

A New York également, la présidente de la Commission Ursula von der Leyen et la Première ministre britannique Liz Truss se sont vues en marge de l’assemblée générale de l’ONU et sont convenues que l’appel de Vladimir Poutine à la mobilisation partielle était un signe de l’échec de l’invasion russe et un "aveu de faiblesse".

L’UE a déjà adopté six trains de sanctions économiques contre la Russie, mais des tensions sont apparues entre les États membres, et la Hongrie s’est dite opposée à de nouvelle mesures européennes. L’unanimité est requise pour les sanctions de l’UE.

"Les territoires occupés font partie de l’Ukraine qui a tous les droits pour y rétablir son autorité et l’UE est prête à poursuivre son soutien dans le domaine militaire", a ajouté Peter Stano.

Les États de l’UE doivent se prononcer sur l’allocation d’un nouveau financement pour la poursuite de leur assistance militaire à l’Ukraine.

Ils ont déjà dégagé 2,5 milliards d’euros de la Facilité européenne pour la paix, un fonds géré de manière intergouvernementale hors du budget commun, et la nouvelle tranche en discussion devrait être de 500 millions, selon les informations obtenues par l’AFP. Peter Stano n’a pas confirmé ce montant.

Les dirigeants de l’UE se réunissent pour un sommet informel les 6 et 7 octobre à Prague. Une réunion des ministres des Affaires étrangères suivra le 17 octobre et une réunion des ministres de la Défense des pays de l’Otan est prévue les 13 et 14 octobre à Bruxelles.

Sur le même sujet
Plus d'actualité