L’ESA veut envoyer un astronaute européen sur la Lune cette décennie

L'Agence spatiale européenne se dit au début de ses nouveaux projets pour la Lune, celle-ci devant d'abord faire face à plusieurs problèmes.

La Lune vue depuis Nicosie
La Lune, vue depuis Nicosie (Chypre), le 19 août 2021 ©BelgaImage

Le directeur général de l’Agence spatiale européenne (ESA), Josef Aschbacher, reste déterminé à voir un astronaute européen sur la Lune au cours de la prochaine décennie, a-t-il déclaré à l’agence de presse allemande DPA.

L’ESA entre difficultés et réussites

Le potentiel économique du satellite naturel de la Terre ne deviendra clair qu’au cours de la prochaine décennie, a-t-il prédit: "Pour l’instant, nous n’en sommes qu’au début de l’utilisation durable de la Lune pour nos projets". Tout en admettant que l’étendue de son potentiel économique reste floue, M. Aschbacher s’est dit "personnellement convaincu que cela en vaudra la peine".

Le budget a joué un rôle, a-t-il ajouté, alors que l’agence basée à Paris se prépare pour le Conseil ministériel de novembre, au cours duquel les États membres fixent leur budget et leur feuille de route pour les trois années à venir. L’année écoulée n’a pas été simple pour l’ESA, puisque Ariane 6 n’a toujours pas décollé et que le module de service européen de la mission Artemis ne se dirige toujours pas vers la Lune.

Mais M. Aschbacher a également souligné les réussites, notamment le premier vol de la fusée Vega-C et le premier sommet de l’espace au cours duquel l’UE et l’ESA ont pris des décisions ensemble. D’autres incertitudes sont apparues cette année, a encore relevé le patron de l’Agence européenne, notamment l’annonce par la Russie de son intention de se retirer de la Station spatiale internationale (ISS) après 2024, mettant ainsi fin à un accord en vertu duquel l’ISS est gérée conjointement par les États-Unis, la Russie, le Canada, le Japon et l’ESA.

Sur le même sujet
Plus d'actualité