Hausse des prix de l’énergie: l’Europe en dit plus sur son plan d’aide aux ménages et entreprises

Ursula Von der Leyen a levé un coin du voile sur les mesures qui seront présentées la semaine prochaine pour aider particuliers et entreprises à faire face.

Un homme consulte un compteur de gaz
©Belga

La Commission européenne proposera la semaine prochaine cinq mesures d’urgence pour aider les ménages et les entreprises à faire face à la crise énergétique, dont une contribution des producteurs d’énergie ainsi qu’un plafonnement des prix du gaz russe, a confirmé mercredi sa présidente, Ursula von der Leyen, en dévoilant certains détails.

"Nous allons proposer une contribution de solidarité pour les entreprises de combustibles fossiles" (…) et "un plafonnement des revenus des entreprises produisant de l’électricité à faible coût" comme c’est le cas des énergies renouvelables, a expliqué l’Allemande dans une allocution vidéo.

"Les sources d’énergie à faible teneur en carbone réalisent des revenus massifs qui ne reflètent pas leurs coûts de production. Il est maintenant temps que les consommateurs bénéficient des faibles coûts des sources d’énergie à faible teneur en carbone, comme les énergies renouvelables. Nous proposerons donc de réorienter ces bénéfices inattendus pour soutenir les personnes et les entreprises vulnérables", a-t-elle expliqué.

"Il en va de même pour les bénéfices inattendus des entreprises de combustibles fossiles. Les compagnies pétrolières et gazières ont également réalisé des bénéfices massifs." La contribution de solidarité qui sera réclamée devrait servir aux États membres pour soutenir les ménages vulnérables et investir dans des sources d’énergie propres et locales, a ajouté la cheffe de l’exécutif européen.

Un plafond pour le gaz russe

Comme attendu également, l’exécutif européen proposera aussi de plafonner le prix du gaz russe. L’objectif n’est pas tant d’agir sur les prix du marché que de priver le président russe Vladimir Poutine d’une partie des revenus qu’il utilise pour faire la guerre en Ukraine. Pour Mme Von der Leyen, cet objectif est d’ailleurs en train de porter ses fruits: "au début de la guerre, le gaz russe par gazoduc représentait 40% de tout le gaz importé ; aujourd’hui, il n’en représente que 9%."

Les économies " intelligentes " d’énergie aussi tiennent une bonne place dans ce plan, assorties d’objectifs obligatoires. "Nous avons une pénurie mondiale d’approvisionnement en énergie. Donc il faut une réduction intelligente de la demande. (…) Nous proposerons un objectif obligatoire pour réduire la consommation d’électricité aux heures de pointe", en collaboration avec les États membres.

D’un autre côté, les fournisseurs d’énergie sont confrontés à la forte volatilité des prix du marché. "On leur demande actuellement de fournir des fonds d’une ampleur inattendue, ce qui menace le commerce énergétique et la stabilité des marchés dérivés". La Commission veut donc faciliter le soutien à la liquidité des entreprises du secteur de l’énergie par les États membres: "nous mettrons à jour notre cadre temporaire pour permettre la fourniture rapide de garanties publiques."

Sur le même sujet
Plus d'actualité