Élections en Suède: l’extrême-droite mieux placée que jamais pour gouverner

L'extrême-droite suédoise pourrait mener une coalition qui rivalise avec les intentions de vote de la gauche au pouvoir.

Affiche électorale des «Démocrates de Suède» (SD)
Affiche électorale du parti d’extrême-droite «Démocrates de Suède» (SD) avec son président Jimmie Åkesson, le 11 septembre 2022 à Stockholm ©BelgaImage

Une droite prête pour la première fois à gouverner avec l’appui d’une extrême droite mieux placée que jamais, la gauche qui cherche un troisième mandat de rang: la Suède vote dimanche pour des élections législatives qui s’annoncent ultra-serrées.

Issue incertaine

En passe selon les sondages d’atteindre une deuxième place inédite, le parti nationaliste et anti-immigration des Démocrates de Suède (SD), longtemps paria sur la scène politique du pays scandinave, est désormais faiseur de roi d’un probable accord au Parlement avec la droite traditionnelle. Il obtient 20% dans les intentions de vote. C’est loin derrière les 29% des socio-démocrates au pouvoir mais il pourrait compter sur l’appui de trois partis de centre-droit pour l’instant placés en troisième, cinquième et sixième position dans les sondages.

La Suède, engagée dans un délicat processus d’adhésion à l’Otan et qui va prendre la présidence tournante de l’Union européenne le 1er janvier, est gouvernée depuis 2014 par les sociaux-démocrates, premier parti du pays depuis les années 1930. La Première ministre sortante Magdalena Andersson, arrivée à son poste il y a un an pour redonner du souffle aux siens, jouit de la plus forte confiance des électeurs pour rester à son poste, avec 55% d’avis positifs. Loin devant son rival conservateur du parti des Modérés, Ulf Kristersson (32%).

Mais la campagne a été dominée par des thèmes favorables à l’opposition de droite: criminalité et règlements de compte meurtriers entre gangs, problèmes d’intégration, flambée des factures énergétiques… Un grand suspense demeure sur l’issue du scrutin, avec les deux probables nouvelles alliances (sociaux-démocrates, Verts, parti de Gauche et parti du Centre côté gauche; Modérés, chrétiens-démocrates, libéraux et SD pour les droites) à touche-touche dans les sondages. Selon les dernières enquêtes d’opinion lundi, la "constellation" de gauche obtiendrait entre 48,6% et 52,6%, contre 47,1% à 49,6% pour la droite/extrême droite. Mais les chiffres sont très mouvants. Les précédentes élections de 2018 avaient débouché sur une longue crise politique, avec quatre mois pour former au forceps un gouvernement minoritaire mené par les sociaux-démocrates.

Sur le même sujet
Plus d'actualité