Des transferts forcés de civils ukrainiens vers la Russie, accuse Human Rights Watch

Human Rights Watch accuse la Russie de soumettre les civils fuyant la guerre en Ukraine à un processus de « filtrage » punitif et abusif.

des forces russes à Marioupol en Ukraine
© BelgaImage

Les forces russes et leurs alliées transfèrent de force des civils ukrainiens, y compris ceux qui fuient les combats, vers la Russie ou des régions ukrainiennes occupées, accuse jeudi Human Rights Watch dans un nouveau rapport.

Au long de 71 pages, l’ONG de défense des droits humains documente ces transferts forcés, " grave violation des lois de la guerre et (…) constitutifs de crimes de guerre et de possibles crimes contre l’humanité ". " Les lois de la guerre interdisent aux forces russes ou affiliées à la Russie de forcer des civils ukrainiens, individuellement ou en masse, à être évacués vers la Russie ", rappelle HRW. " Le transfert ou le déplacement de civils ne peut pas être considéré comme légal ou justifié en vertu de motifs humanitaires, si la crise humanitaire qui déclenche le déplacement est elle-même le résultat d’une activité illégale de la part de la puissance occupante. "

Human Rights Watch accuse également les autorités russes ou affiliées à la Russie de soumettre " des milliers de citoyens ukrainiens à un processus de contrôle d’identité obligatoire, punitif et abusif appelé ‘filtrage' ". Lors de ce processus, qualifié de " violation au droit au respect de la vie privée " par HRW, les données biométriques étaient recueillies, des fouilles au corps et des interrogatoires sur les opinions politiques étaient imposés, etc.
En cas d’échec au filtrage, " apparemment à cause de liens présumés avec l’armée ukrainienne ou avec des organisations nationalistes ", les personnes étaient envoyées en détention dans les régions contrôlées par la Russie, affirme HRW.

L’ONG de défense des droits humains a averti le gouvernement russe le 5 juillet de ses conclusions et questions, sans réponse.

Sur le même sujet
Plus d'actualité