Gorbatchev est mort: les hommages se succèdent

Mikhaïl Gorbatchev est décédé ce mardi 30 août, après un déclin continu de son état de santé. Des dirigeants du monde entier lui rendent depuis hommage.

Gorbatchev à Liège
Mikhaïl Gorbatchev à Liège le 10 octobre 2011 @BelgaImage

Le dernier dirigeant de l’Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, est mort mardi à l’âge de 91 ans en Russie, a indiqué un hôpital cité par les agences de presse russes. "Aujourd’hui dans la soirée (mardi), après une longue maladie grave, Mikhaïl Sergueïvitch Gorbatchev est décédé", a indiqué l’Hôpital clinique centrale (TSKB) dépendant de la présidence russe. Les réactions à sa mort ne cessent depuis d’affluer. Le président américain Joe Biden a par exemple qualifié le Russe de "leader exceptionnel" qui a créé "un monde plus sûr".

Gorbatchev inquiet des tensions avec l’Occident mais muet sur l’Ukraine

Prix Nobel de la paix en 1990 pour son rôle dans la fin de la confrontation Est-Ouest au siècle dernier, Mikhaïl Gorbatchev a passé les 20 dernières années en retrait de la politique tout en faisant régulièrement entendre sa voix, inquiet des nouvelles tensions avec Washington. Il appelait régulièrement le Kremlin et la Maison Blanche à se parler, se rencontrer et se mettre d’accord pour assurer la sécurité mondiale et réduire leurs arsenaux, comme il l’avait fait dans les années 1980 avec le président américain d’alors, Ronald Reagan.

Mikhaïl Gorbatchev était le dernier dirigeant encore en vie de l’époque de la Guerre froide, période dont les échos se font particulièrement sentir depuis l’offensive à grande échelle de l’actuel président russe Vladimir Poutine en Ukraine, lancée le 24 février. Avant son décès, Mikhaïl Gorbatchev ne s’était pas exprimé publiquement sur ce conflit d’une violence inédite en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale, décrié en Occident comme une résurgence de l’impérialisme russe. Ces dernières semaines, les médias russes avaient mentionné des problèmes de santé récurrents de l’ancien dirigeant.

De Biden à Poutine en passant par Macron et l’ONU

Ses actions étaient celles d’un dirigeant "qui avait assez d’imagination pour voir qu’un autre avenir était possible et qui a eu le courage de risquer toute sa carrière pour réaliser cet (avenir). Le résultat a été un monde plus sûr et plus de liberté pour des millions de personnes", a déclaré Biden. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a également salué l’héritage historique du regretté lauréat russe du prix Nobel de la paix. "J’ai toujours admiré le courage et l’intégrité dont il a fait preuve pour mettre fin pacifiquement à la guerre froide", a écrit Johnson sur Twitter mardi soir. "Au moment de l’agression de Poutine en Ukraine, son engagement inlassable à ouvrir la société soviétique reste un exemple pour nous tous", a déclaré Johnson.

Le président russe Vladimir Poutine a exprimé ses "profondes condoléances" après le décès mardi de Mikhaïl Gorbatchev, dernier dirigeant de l’Union soviétique de 1985 à 1991, a indiqué mercredi le porte-parole du Kremlin. "Vladimir Poutine exprime ses profondes condoléances à la suite du décès de Mikhaïl Gorbatchev, il enverra dans la matinée un télégramme de condoléances à la famille et aux proches" de l’ancien dirigeant, a affirmé Dmitri Peskov, cité par l’agence de presse TASS.

Le président français Emmanuel Macron a rendu hommage mercredi en saluant dans un tweet la mémoire d’un "homme de paix dont les choix ont ouvert un chemin de liberté aux Russes. Son engagement pour la paix en Europe a changé notre histoire commune". Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, à son tour, a déclaré qu’avec la mort de Gorbatchev, le monde a perdu "un réformateur courageux avec une immense influence sur l’histoire". "En tant que pionnier de la fin de la guerre froide et de la course aux armements, il a reçu le prix Nobel de la paix", a déclaré Rutte sur Twitter. "Mes pensées vont à ses proches".

Le secrétaire général de l’ONU a exprimé sa "profonde tristesse" mardi après la mort de Mikhaïl Gorbatchev, rendant hommage à "un homme d’Etat unique qui a changé le cours de l’Histoire". "Il a fait plus que n’importe qui pour provoquer de façon pacifique la fin de la Guerre froide", a ajouté Antonio Guterres dans un communiqué, estimant que "le monde avait perdu un immense dirigeant mondial, engagé envers le multilatéralisme, et défenseur infatigable de la paix". La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a salué "un dirigeant digne de confiance et respecté". Le dernier dirigeant de l’Union soviétique "a joué un rôle crucial pour mettre fin à la guerre froide et faire tomber le rideau de fer. Il a ouvert la voie à une Europe libre. C’est un héritage que nous n’oublierons pas. R.I.P. Mikhaïl Gorbatchev", a écrit Mme von der Leyen sur Twitter.

Sur le même sujet
Plus d'actualité