6 choses à savoir sur Alexandre Douguine, le "cerveau de Poutine"

Le philosophe Alexandre Douguine est l’un des principaux théoriciens de la politique nationaliste russe. Sa fille, Daria Douguina, a été tuée ce 21 août dans un attentat à la voiture piégée, dont il était vraisemblablement la cible.

Alexandre Douguine guerre Ukraine Russie invasion attentat explosion voiture Daria Douguina idéologue nationalisme extrême-droite philosophie géopolitique
Alexandre Douguine, en 2013 @BELGAIMAGE

Cible manquée ?

Daria Douguina, journaliste et politologue, fille du du philosophe et nationaliste russe Alexandre Douguine, était au volant d’une Toyota Land Cruiser au moment où celle-ci a explosé avant de prendre feu, sur une autoroute en périphérie de Moscou. Selon les enquêteurs, un engin explosif a été placé dans le véhicule.

Un proche de la jeune femme de 29 ans a précisé à l’agence de presse TASS que le véhicule appartenait au père de la jeune femme, lequel pourrait avoir été la cible première de cette attaque. Des images sur les réseaux sociaux montreraient d’ailleurs ce dernier sur les lieux peu après l’explosion.

Raspoutine

Alexandre Douguine, 60 ans, fait partie des idéologues les plus influents du Kremlin. Il est parfois surnommé le "Raspoutine de Poutine", en référence au conseiller mystique du tsar Nicolas II. "Avec le temps, le président Vladimir Poutine a été de plus en plus inspiré par les publications d’Alexandre Douguine, cet idéologue qui prône une sorte d’empire eurasiatique, appuyé par l’église orthodoxe, et rejette toute forme de valeur occidentale", déclarait à La Libre en avril dernier l’ancien secrétaire général de l’OTAN, Willy Claes.

Selon certains experts, l’influence du théoricien auprès du président russe se serait toutefois réduite ces derniers mois.

Habitué des plateaux de tv 

Douguine a commencé sa carrière comme journaliste, avant de s’engager en politique. En 1987, au cours de la deuxième année du règne de Mikhail Gorbachev, il a rejoint la direction de l’organisation nationaliste russe Pamyat, notoirement antisémite. Douguine fonde ensuite le Centre d’expertise géopolitique à Moscou. Il a également été professeur pour l’université d’État de Moscou, a planifié des cours pour les institutions militaires russes et est un habitué des plateaux de télévision de son pays.

Eurasisme

Philosophe résolument nationaliste et conservateur, il est l’un des promoteurs de l’Eurasisme. Cette doctrine prône la spécificité de la Russie orthodoxe, une civilisation à distinguer de l’Occident comme de l’Asie. Selon Douguine, la Russie doit à tout prix se démarquer d’une modernité occidentale jugée décadente, (il en parle comme d’un "cimetière de déchets toxiques" aux "moeurs dépravés" incarné, selon lui, par le mouvement LGBTQ).

Pour lui, Moscou doit s’engager pleinement dans une guerre de civilisation qui opposerait la thalassocratie (le pouvoir maritime, soit l’atlantisme) à la puissance de la terre eurasienne, dont la Russie constituerait le cœur. Plusieurs penseurs de l’extrême-droite française, comme Alain Soral ou Alain de Benoist, se revendiquent de Douguine.

Déstabilisation

Il publie en 1997 The Foundations of Geopolitics : Russia’s Geopolitical Future, un ouvrage fondamental pour comprendre les objectifs visés par le théoricien. Pour rebâtir la stature mondiale de la Russie, Douguine y explique que celle-ci aura besoin de "désinformation, déstabilisation et annexion".

Il encourage notamment les agents russes à favoriser les divisions raciales, religieuses et régionales aux États-Unis ainsi que les factions isolationnistes dans ce pays. Son livre Quatrième théorie politique serait quant à lui une lecture obligatoire pour les futurs officiers de l’armée russe.

L’Ukraine, cette nouvelle Russie

"L’Ukraine en tant qu’État indépendant avec certaines ambitions territoriales représente un énorme danger pour l’ensemble de l’Eurasie", écrivait-il en 2014. Douguine a également soutenu que l’intervention militaire dans l’est de l’Ukraine – qu’il appelle Novorossiya (Nouvelle Russie) – était nécessaire "pour sauver l’autorité morale de la Russie".

Après l’annexion de la Crimée, dont il se félicitait, Douguine conseillait déjà : "Moscou doit envoyer ses troupes en Ukraine" — un pays qu’il qualifie de "Nouvelle Russie" (Novorossiia), un concept cher à Vladimir Poutine. Il est placé depuis 2014 sur la liste des personnes visées par les sanctions de l’UE suite à la prise de la Crimée.

 

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité