A Buenos Aires, marche funèbre pour le salaire minimum, " tué " par l’inflation

Parmi les manifestations pluri-hebdomadaires à Buenos Aires contre l'érosion du pouvoir d'achat, ont été célébrées vendredi des "obsèques", avec dû faire-part dans la presse, cercueil et couronnes dans la rue, pour le salaire minimum "tué" par l'inflation.

Crise économique argentine
« Le salaire est mort » peut-on lire sur les banderoles des manifestants © Belga Images

" VITAL, Minimum, QREP ", (Qu’il repose en paix) lisait vendredi un faire-part au milieu de la très sérieuse page d’avis de décès dans le quotidien La Nacion. " Les proches et travailleurs de tout le pays ont la profonde tristesse d’annoncer le décès du salaire minimum vital ".

Le faire-part annonçait une veillée du corps dans l’après-midi Plaza de Mayo, devant la présidence, où moins d’un millier de personnes ont convergé, la troisième mobilisation en moins d’une semaine contre le coût de la vie et l’inflation qui s’envole, à 42,6% depuis le début de l’année, 71% sur un an.

Vêtus de noir, portant des bougies, les manifestants, à l’appel de diverses organisations sociales et mouvements de gauche, ont déposé un grand cercueil au pied de la présidence, au milieu de force couronnes de fleurs, sous une grande banderole " Le salaire est mort ". " En Argentine, il y a beaucoup de travailleurs sous le seuil de pauvreté (…) Le salaire minimum vital et mobile est mort, il a été pulvérisé par la politique économique ", a déclaré à l’AFP Marianela Navarro, du FOL (Front des organisations de lutte), l’un des organisateurs de la manifestation.

Maintes organisations situées à la gauche du gouvernement (de centre-gauche) réclament avec insistance une hausse massive du salaire minimum, de 45.540 pesos (environ 320 dollars au change officiel) à 105.000 pesos (738 dollars), pour tenter de rattraper l’inflation. La grogne et la demande de mesures fortes s’est étendue dernièrement à des mouvements syndicaux traditionnels alliés du gouvernement, sans toutefois s’en prendre explicitement à celui-ci.

Sur le même sujet
Plus d'actualité