Les îles Marshall touchées à leur tour par le Covid-19

Les îles Marshall, au coeur de l'océan Pacifique, ont déclaré un état de catastrophe sanitaire après la contamination en une semaine de plus d'un dixième de la population de la capitale Majuro par le variant du Covid-19 Omicron.

Îles Marshall
Les Îles Marshall, jusqu’ici épargnée par le COVID sont durement touchées par la pandémie

Nous nous préparons pour la phase la plus difficile de l’épidémie maintenant à Majuro" , a averti lundi le ministre de la Santé Jack Niedenthal.

Après la confirmation de quelques cas locaux le 8 août, le nombre d’infections est monté en flèche pour atteindre 2.800 dans une ville qui compte 22.500 habitants. Et l’épidémie continue " à prendre de la vigueur ", a averti le ministre de la Santé, le nombre de cas ayant doublé entre samedi et dimanche.

" Près de 75% des personnes testées sont positives, ce qui est un taux incroyablement élevé ", a-t-il ajouté. Grâce à des règles strictes de quarantaine, les îles Marshall étaient l’un des derniers pays au monde à être épargné par le Covid. " La bonne chose dans le fait d’avoir tous ces autres pays qui l’ont eu avant nous, est que nous comprenons vraiment comment, d’un point de vue épidémiologique, ce variant de virus se propage: comme une traînée de poudre ", a ajouté M. Niedenthal.

Un état de catastrophe sanitaire

Le président des îles Marshall David Kabua a signé vendredi un " état de catastrophe sanitaire " pour permettre au gouvernement d’avoir accès aux financements d’urgence.  Au total, le pays a enregistré 3.000 cas positifs et trois morts pour une population de 42.000 habitants répartis sur les îles et atolls.

Les vols intérieurs d’Air Marshall Islands et les transports par navires publics vers les îles reculées sont suspendus depuis mardi afin de contenir l’épidémie. Un vol spécial censé amener une équipe médicale dans certaines îles n’a pas pu décoller car tous les pilotes de la compagnie Air Marshall avaient été testés positifs.

Pour expliquer cette épidémie, les suspicions se tournent vers le récent assouplissement des règles de quarantaine et le nombre sans précédent d’arrivées. Le gouvernement avait prévu d’ouvrir ses frontières et d’abandonner la quarantaine obligatoire à l’arrivée à partir du 1er octobre. Plusieurs agences, notamment les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) aux Etats-Unis, doivent envoyer de l’aide cette semaine, avec, selon M. Nidenthal, des professionnels de santé.

Sur le même sujet
Plus d'actualité