10 choses à savoir sur Gustavo Petro, premier président de gauche de Colombie

Le nouveau chef d’État colombien est un ancien guérillero d’extrême gauche. Son arrivée au pouvoir est un basculement historique.

Petro
© BelgaImage

À gauche

Gustavo Petro, 62 ans, est le premier chef d’État de gauche de Colombie.

Mains calleuses

Il va gouverner aux côtés de Francia Marquez, avocate de 40 ans et première femme afro-colombienne à occuper le poste de vice-présidente. Elle a célébré ce “gouvernement des gens aux mains calleuses, des gens qui sont à pied, de ceux et celles qui ne sont rien”.

Prêtres

Gustavo Petro grandit dans une famille de la classe moyenne colombienne au nord de Bogota. Son père est conservateur et sa mère progressiste. Éduqué par des prêtres, sa rébellion prend racine dans son rejet du coup d’État militaire au Chili en 1973, contre le président Salvador Allende.

Marquez

À 17 ans, il rejoint le Mouvement du 19 avril (M-19), un groupe de guérilleros fondé en 1970 et dissout en 1990. Grand admirateur du Nobel de littérature Gabriel García Márquez, il adopte pendant sa clandestinité le nom d’Aureliano, en référence au personnage de Cent ans de solitude.

Médiocre

Chétif et souffrant d’une forte myopie, c’est un combattant “médiocre”. Arrêté et torturé par l’armée, il est emprisonné pendant un an et demi.

UCLouvain

Au début des années 1990, Gustavo Petro s’engage en politique puis s’exile en Europe, de peur d’être assassiné. Durant son exil, il obtient un diplôme à l’UCLouvain. De confession catholique, il est influencé par la Théologie de la libération (qui inclut une forme de lutte contre la pauvreté), et le mot “vie” a été au cœur de sa campagne.

Bogota

De 2012 à 2015, il est élu maire de Bogota, où il laisse un souvenir mitigé, et l’image d’un édile autoritaire, mauvais gestionnaire, s’attirant de puissants adversaires.

Trois fois

Gustavo Petro est d’abord candidat à la présidence de la république de Colombie en 2010, où il n’obtient que 9 % des voix et ne passe pas le premier tour, puis en 2018, où il termine second, douze points derrière le candidat de la droite, Iván Duque. Lors de cette campagne, il est ciblé par des tirs et a peur pour sa vie.

Six enfants

Avec son gouvernement nouvellement formé, ce passionné de géographie et père de six enfants entend désormais réduire le fossé entre les plus riches et les plus pauvres en développant l’accès au crédit, en multipliant les aides et en mettant l’accent sur l’éducation.

Cocaïne

Il entend collaborer avec les États-Unis pour éradiquer les cultures de coca alors que la Colombie reste le plus grand producteur de cocaïne au monde, et proposer la paix aux groupes armés, en échange de programmes de réduction de peine.

Sur le même sujet
Plus d'actualité