La Banque centrale européenne relève ses taux directeurs pour lutter contre l’inflation

La Banque centrale européenne (BCE) a pris la décision jeudi de relever ses taux, dans le but de "faire en sorte que l'inflation revienne au niveau de son objectif de 2 % à moyen terme".

La Banque centrale européenne relève ses taux directeurs pour lutter contre l’inflation
Christine LAGARDE, présidente de la BCE – Belga

Cette nouvelle était attendue, mais marque un tournant majeur dans la zone euro, signifiant la fin de l’ère des taux négatifs entamée en 2014. Elle marque un tournant majeur dans la zone euro, signifiant la fin de l’ère des taux négatifs. C’est la première fois depuis 2011 que la BCE relève ses taux.

Les trois taux d’intérêt directeurs de la BCE sont augmentés de 50 points de base, annonce l’institution. " Les taux d’intérêt des opérations principales de refinancement, de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt seront relevés à respectivement 0,50 %, 0,75 % et 0,00 % à compter du 27 juillet 2022 ".

Inflation à 8,6%

Le taux d’inflation en zone euro a atteint 8,6% en juin sur un an et devrait encore monter dans les mois à venir, ce qui a poussé la BCE à emboîter le pas à la Réserve fédérale américaine (la Fed), qui a relevé ses taux directeurs de manière agressive ces derniers mois et pourrait encore le faire la semaine prochaine.

La tâche de la BCE est néanmoins plus complexe en raison des menaces grandissantes de coupure des approvisionnements de gaz russe, du risque que fait encourir la crise politique en Italie et de la chute de l’euro.

Craintes en Italie

Pour éloigner le spectre d’une nouvelle crise des dettes souveraines, la Banque centrale européenne a aussi annoncé jeudi un nouvel instrument pour protéger les États les plus fragiles contre des attaques spéculatives. Ce dernier a été conçu pour aplanir les écarts entre taux d’emprunt, ou " spreads ", entre pays emprunteurs sans risque, comme l’Allemagne, et d’autres plus fragiles, comme l’Italie.

Une des caractéristiques majeure de ce programme dénommé " TPI " (pour " Transmission Protection Instrument ", " instrument de protection de la transmission ") est que les achats de dette seront potentiellement illimités pour contrer les attaques spéculatives. L’ampleur des achats au titre du TPI dépendra " de la gravité des risques auxquels est confrontée la transmission des politiques " monétaires.

Sur le même sujet
Plus d'actualité