Le mystérieux crash d’un avion cargo en Grèce: que s’est-il passé?

Huit personnes sont mortes dans le crash d'un avion cargo samedi soir en Grèce. Les recherches sont en cours par drone, par crainte d'une cargaison dangereuse.

crash avion crago
© BelgaImage

Un avion cargo s’est écrasé samedi soir dans le nord de la Grèce, a rapporté l’agence de presse Athens News. L’avion en question, un Antonov An-12, avait décollé plus tôt dans la journée de la ville serbe de Nis et se dirigeait vers la capitale jordanienne Amman. Le pilote aurait demandé l’autorisation d’effectuer un atterrissage d’urgence à Kavala, dans le nord-est de la Grèce, en raison de problèmes de moteur. L’avion s’est finalement écrasé en feu près du village de Paleochori, dans une zone inhabitée située à environ 40 kilomètres de l’aéroport. Il y avait huit personnes à bord. Aucun d’entre eux n’a survécu à l’accident.

Des témoins ont vu l’avion en feu et entendu des explosions, a rapporté l’agence de presse Athens News. " A 22h45 j’ai été surpris par le bruit d’un moteur d’avion. Je suis sorti et j’ai vu un avion en feu ", a confié Giorgos Archontopoulos à la télévision publique ERT. Divers médias ont affirmé que l’avion transportait des armes et/ou des munitions, notamment parce que des témoins ont déclaré que plusieurs explosions ont été entendues peu après le crash. Plus tard ce dimanche, le ministre serbe de la Défense a confirmé cette information: l’Antonov 12, propriété d’une compagnie ukrainienne meridian LTD, transportait environ 11 tonnes d’armements, notamment des mines de mortier éclairantes, à destination du Bangladesh. " Malheureusement, certains médias ont spéculé sur le fait que ce vol transportait prétendument des armements à destination de l’Ukraine ce qui est complètement faux. "

Recherches par drone

Un drone devait s’approcher dimanche de l’épave du mystérieux avion cargo Antonov qui s’est écrasé samedi soir près de la localité de Paleochori Kavalas, dans le nord de la Grèce, les secouristes ne pouvant s’approcher de crainte d’un chargement dangereux. Samedi soir, les personnes vivant dans un rayon de 2 kilomètres autour du site du crash ont été invitées à rester chez elles et à porter des masques. Tôt dimanche, deux pompiers ont été emmenés à l’hôpital en raison de difficultés respiratoires dues aux fumées toxiques.

Les autorités, quant à elles, ont demandé aux habitants de garder portes et fenêtres fermées et d’éteindre la climatisation. La police a demandé aux journalistes proches du crash de mettre des masques. " Vous devez vous éloigner pour votre sécurité. Il y a une information selon laquelle l’avion transportait des munitions ", a déclaré un pompier aux journalistes présents sur les lieux.

Sur le même sujet
Plus d'actualité