14 juillet, fête nationale française : savez-vous ce que célèbrent vraiment nos voisins ?

Depuis plus d'un siècle, les Français célèbrent la fête nationale de leur nation le 14 juillet. Les festivités ne sont pas un hommage à la prise de la Bastille.

Fête nationale
©Belgaimage

14 juillet. Comme chaque année depuis 142 ans, la France est à la fête. Défilés, parades, chants, discours… Le protocole est réglé comme du papier à musique.

Mais que célèbrent exactement nos amis Français ? Beaucoup vous diront qu’il s’agit de l’anniversaire de l’insurrection populaire du 14 juillet 1789 qui avait permis au peuple de prendre la Bastille, cette prison royale exacerbant les passions de l’arbitraire royal. Elle sonnait le début de la Révolution française. L’Ancien régime se consume. Le 14 juillet 1789 comme symbole de la République. Le symbole de la fin de l’instabilité politique. Des têtes sont coupées, plantées sur des piques et baladées dans le tout Paris. La monarchie absolue rend son dernier souffle.

Une expression positive

Mais la loi qui poinçonne cette date comme fête nationale française est promulguée le 6 juillet 1880. Et depuis plus d’un siècle, c’est la fête de la Fédération qui est mise à l’honneur. Celle du 14 juillet 1790 où survenait "la dernière grande manifestation d’unité nationale, sursaut de joie entre les affres de la " Grande Peur " et la période la plus dure de la Révolution", souligne le site du gouvernement français. Le commandant de la nouvelle garde parisienne, La Fayette, décide que c’est à cette date que sera célébré la Nation. L’union de tous les Français. "Cette seconde journée du 14 juillet, qui n’a coûté ni une goutte de sang ni une larme […] Le 14 juillet 1790 est le plus beau jour de l’histoire de France, et peut-être de toute l’histoire", rapportent les discussions parlementaires de l’époque. Le premier anniversaire de la prise de la Bastille sera donc cet événement dont il faudra se souvenir.

C’est bien cette société apaisée, ce sentiment national de concorde qui veut être célébré et non le sentiment révolutionnaire.

Dans tous les cas, cette fête nationale est également l’avénement des droits de l’homme et le refus à tous les despotismes. " La chute de la Bastille, c’est la chute de toutes les Bastilles […], s’exclame Victor Hugo à l’Assemblée à la veille du vote de la loi […]. Le 14 juillet marque la fin de tous les esclavages, c’est la fête de toutes les nations. "

Sur le même sujet
Plus d'actualité