Royaume-Uni: Boris Johnson en sept gaffes et scandales

Tout au long de son mandat, Boris Johnson aura collectionné gaffes, perles et polémiques, comptant sur son allure débonnaire pour s’en extirper. Ce sont finalement ses mensonges qui ont eu raison de lui.

Boris Johnson
© Getty Images

La goutte d’eau

Le Premier ministre, arrivé Downing Street en juillet 2019, a finalement quitté ses fonctions à la tête du Parti conservateur et du gouvernement britannique. C’est la nomination en février de Chris Pincher comme “whip” en chef adjoint qui aura causé sa perte. Accusé d’agressions sexuelles et d’attouchement, l’homme démissionne le 30 juin. Johnson assure d’abord n’avoir jamais su, avant d’avouer être au courant depuis 2019 mais “avoir oublié”. Le scandale provoque un exode dans son gouvernement, avec une cinquantaine de départs. S’il s’est accroché à son poste plusieurs jours, Johnson a finalement accepté de démissionner le 7 juillet.

Covid Party

En mai 2020, alors que le monde se confine, des membres de son cabinet organisent des fêtes d’une trentaine de personnes dans des bâtiments du gouvernement. Johnson participe à l’une d’elles. Rebelote en avril 2021, alors que le pays est en deuil après la mort du prince Philip. Après une défense bancale, “BoJo” est mis face à ses mensonges et finira par s’excuser.

Rénovation

Fin avril 2021, c’est son ancien chef de cabinet Dominic Cummings qui révèle que le Premier ministre a fait rénover son appartement à Downing Street pour 200.000 livres. Alors que le plafond de travaux se situe à 30.000 livres par an.

Aspiration

En mars 2020, la marque Dyson, installée à Singapour, veut revenir au Royaume-Uni pour accélérer la production de respirateurs. Le fondateur James Dyson envoie alors un SMS à Johnson lui demandant de l’aider à éviter le paiement de certaines taxes. Le Premier ministre lui répond dans la foulée: “Je vais régler ce problème”.

Plaquage

BoJo, c’est aussi un personnage. En octobre 2015, il est à Tokyo pour aider la ville à organiser la Coupe du monde de rugby. Dans l’après-midi, il prend part à quelques minutes d’un match de rugby avec des enfants. Ce sera suffisant pour plaquer violemment un garçon de dix ans.

boris johnson

© BelgaImage

Suspendu à un fil

Alors maire de Londres, Boris Johnson s’essaie à la tyrolienne en marge des Jeux olympiques qui se déroulent dans sa ville en 2012. Mais les câbles sont mal ficelés et il se retrouve suspendu dans l’air, en costume, avec un casque et deux petits drapeaux britanniques. Benny Hill style.

Hitler et Brexit

C’est aussi l’homme des déclarations chocs. En 2014, cet anti-UE expose sa vision de l’Histoire. “Napoléon, Hitler, plusieurs personnes ont essayé d’unir le continent européen, et cela s’est terminé de manière tragique.” Tollé immédiat. Plus récemment, il a comparé les Ukrainiens aux électeurs pro-Brexit, se battant selon lui chacun pour leur liberté. Re-tollé.

Sur le même sujet
Plus d'actualité