Le remaniement du gouvernement français: quand Macron joue aux chaises musicales

Plus de deux semaines après les législatives françaises et après de grandes consultations, le gouvernement français est enfin connu. Voici la nouvelle équipe Macron. Et le Mercato est loin d’avoir été facile.

macron
Le président de la République française, Emmanuel Macron et la Première ministre Elisabeth Borne lors de la cérémonie commémorative du 82ème anniversaire de l’Appel à la résistance du général Charles de Gaulle du 18 juin 1940, au mémorial du Mont-Valérien, à Suresne, France, le 18 juini 2022 © Belga Image.

Comme prévu, le remaniement a acté le départ des trois ministres et secrétaires d’Etat battues lors des élections législatives de fin juin – Amélie de Montchalin (Transition écologique), Brigitte Bourguignon (Santé) et Justine Bénin (Mer). Alors que le camp macroniste ne compte plus qu’une majorité relative à l’Assemblée nationale après la claque des législatives, la nouvelle équipe reflète un subtil dosage des représentants des différentes forces politiques qui sont ses partenaires.

" La Macronie en galère de recrutement ", a tweeté la présidente du groupe LFI à l’Assemblée nationale, Mathilde Panot, en raillant " des grandes consultations des forces politiques qui durent deux semaines pour au final… faire revenir Marlène Schiappa ", tandis que le porte-parole du PCF Ian Brossat critiquait un " nouveau jeu de chaises musicales au gouvernement ".

Mais voici les choix posés par Macron et Borne dans la constitution de leur gouvernement.

Damien Abad reste sur le banc de touche

Le ministre français sortant chargé des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées, actuellement visé par une enquête pour viol est évincé du gouvernement et restera sur le banc.

A sa place, nous retrouvons Jean-Christophe Combre, directeur de la Croix-Rouge française.

Pas de changements

Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État sortante chargée du Développement, également visée pour deux plaintes pour viols qui auraient eu lieux dans le cadre de sa profession de gynécologue conserve, elle, son poste.

Situation identique pour Bruno Le Maire (Economie et Finance) et Gérald Darmanin (Intérieur) qui conservent tout deux leur poste.

Transferts à gogo

Dans les autres postes, on note le grand retour de Marlène Schiappa, fidèle d’Emmanuel Macron qui est nommée secrétaire d’état à l’économie sociale et solidaire et de la Vie Associative.

On accueille également le médecin urgentiste François Braun qui remplace Brigitte Bourguignon, battue aux législatives, au poste de Ministre de la Santé. Et c’est Christophe Béchu qui remplace Amélie de Montchalin, aussi battue aux législative, au poste de Ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires.

Chassé-croisé entre Laurence Boone qui devient secrétaire d’état en charge de l’Europe et Clément Beaune, précédemment ministre délégué chargé de l’Europe qui endosse maintenant le rôle de ministre des Transports.

Et enfin, Olivier Véran, minsitre de la Santé pendant la crise du Covid-19, est nomé porte-parole du gouvernement. Il est aussi chargé " du renouveau démocratique " et au vu de l’abstention record lors des dernières élections, la tâche s’annonce immense.

Une mise en jambe à 16h

Premier conseil des ministres cet après-midi, vers 16h. Convoqué par Emmanuel Macron seulement quelques heures après la nomination du nouveau gouvernement, il s’annonce déjà chargé. On pourrait y évoque la question de confiance que la Première ministre, Elisabeth Born peut poser à l’Assemblé mercredi après sa déclaration de politique générale. En effet, la cheffe du gouvernement qui a voulu remettre sa démission au président le 21 juin, n’a pas encore dit si elle engageait ou non sa responsabilité.

Sur le même sujet
Plus d'actualité