Ukraine : l’île des serpents, un bout de terre au coeur de conflits depuis des siècles

L'île des serpents est au coeur de l'actualité depuis l'entame du conflit russo-ukrainien. Mais l'intérêt pour cette île remonte à des siècles.

île des serpents
©AP

L’île des serpents. Ce petit rocher perdu en mer Noire peine à garder le nez hors de l’eau du haut de ses 50 mètres. À quelques encablures de la frontière roumaine, cet îlot grand de 0,170 km carré n’est qu’un bout de gras. Un minuscule bout de terre que le monde se serait bien passé de connaître.

Mais les événements tragiques que connaît l’Ukraine depuis le 24 février dernier a rapidement tourné les projecteurs internationaux à scruter l’état du caillou. Ce jour-là, vers 16 heures heure locale, 13 gardes-frontières ukrainiens présents sur l’île subissent les premiers assauts russes.

L’île des serpents devient symbole de résistance. Symbole de la lutte acharnée de l’armée ukrainienne pour la défense de son territoire. Mais depuis lors, les forces ukrainiennes avaient dû lâcher les rênes de cette région au profit des forces moscovites. " Si les troupes russes réussissent à occuper Snake Island et à mettre en place leurs systèmes de défense aérienne à longue portée, elles contrôleront la mer, la terre et l’air dans la partie nord-ouest de la mer Noire et dans le sud de l’Ukraine", expliquait il y a peu l’expert militaire ukrainien Oleh Zhdanov sur les ondes de la BBC. Il estimait même que cette position stratégique pouvait constituer une porte d’entrée sur la Transnistrie. Jeudi, les Russes annonçait quitter l’île, en attendant la prochaine saillie.

Un conflit permanent 

Mais ce n’est pas la première fois que ce lilliputien se retrouve au coeur des enjeux géopolitiques de la région. Ce l’était déjà bien avant que la technologie ne permette de catapulter des ogives à plusieurs dizaines de kilomètres.

C’est là, en 1788, que l’Empire russe, dans laquelle est inscrite une grande partie de l’Ukraine actuelle, et l’empire Ottoman se retrouvent pour en découdre alors que l’île est propriété des Turcs. La bataille navale entamée poussa de nombreux marins à devoir rejoindre l’île alors inhabitée. Trente-quatre ans plus tard, Russes et Ottmans décident que ce bout de terre n’appartiendra à personne. Jusqu’en 1817 lorsque les deux parties attribuent la parcelle aux Russes. Avant d’être rétrocédée aux Ottomans en 56 du même siècle.

La Roumanie voulait cette île

La fin du siècle dernier a ravivé des tensions autour de Snake Island avec la chute de l’URSS. Roumains et Ukrainiens ont rouvert une plaie mal cicatrisée. Alors que les Roumains réclamaient le retour de cette île en leur sein, l’Ukraine décidait d’y maintenir une garnison de 70 hommes. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Ghenadi Udovenko, déclara : " La Roumanie a des revendications territoriales sur l’Ukraine. Je peux dire de manière responsable que l’Ukraine ne fera aucune concession concernant son intégrité territoriale. "

Conflit pour un pont stratégique, mais conflit également pour des ressources en hydrocarbure.

Sur cette île des serpents, la tension aura toujours existé. La seule bataille qui est aujourd’hui questionnée est opposant les serpents, dont la présence est remise en question,, et les rongeurs dont ils auraient raffolé.

Sur le même sujet
Plus d'actualité