Canicule: la Belgique chauffe, la France suffoque, l’Espagne brûle

Après un mois de mai avec des températures record, la France va subir "une canicule marquée d'une précocité inédite". Cette vague de chaleur vient du Maghreb, est remontée par l'Espagne et arrive en Belgique.

Canicule: la Belgique chauffe, la France suffoque, l’Espagne brûle
AFP

En Belgique, l’Institut royal météorologique (IRM) attend des températures allant de 30 degrés vendredi. La journée de samedi constituera le point culminant de cet épisode de forte chaleur avec des températures caniculaires. Les maxima seront en effet compris entre 30 et 35 degrés voire très localement un peu plus dans l’intérieur des terres, sous un vent faible à modéré de secteur sud, revenant au sud-est en soirée. La province de Luxembourg est même placée en alerte orange.

En France, vingt-cinq départements ont été placés jeudi en vigilance orange canicule et douze en vigilance rouge, principalement dans le sud-ouest et l’ouest du pays. L’Hexagone est touché depuis mardi par une vague de chaleur précoce, arrivée du Maghreb en passant par l’Espagne, qui devait faire face jeudi à plusieurs incendies.

Bien que située dans la zone climatique " tempérée ", depuis la canicule particulièrement éprouvante de 1976, la France connaît des épisodes de ce type de plus en plus fréquents, intenses, ou précoces comme l’épisode actuel, survenant après ceux de 2017 et 2005 qui avaient commencé le 18 juin. La vague de chaleur devrait y durer jusqu’au week-end.

Le changement climatique, c’est maintenant

Vendredi, le temps sera caniculaire sur une grande partie du pays, la chaleur s’étendant aux régions du nord et s’intensifiant encore sur l’ouest et le sud. Au plus chaud de l’après-midi, Météo-France prévoit 36 à 39 degrés dans ces régions et " les 40°C seront fréquemment atteints voire dépassés sur un grand quart sud-ouest, avec de possibles records mensuels de chaleur.

Les températures ont grimpé en flèche dans toute l’Espagne le week-end dernier, avec des pointes allant jusqu’à 43 degrés. Selon l’Aemet, l’agence météorologique espagnole, la vague de chaleur, également inhabituelle pour une mi-juin, devrait durer jusqu’à samedi.

Pour les scientifiques, la multiplication, l’intensification et l’allongement des canicules sont aggravés par les émissions de gaz à effet de serre et constituent un marqueur sans équivoque du réchauffement climatique. Et les conséquences de ce dérèglement sont nettes, pointent-ils : incendies jusqu’en Sibérie, fonte de la banquise en Arctique, sécheresses, records de températures sur tous les continents, cyclones et autres événements climatiques extrêmes.

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité