Le Canada et le Danemark mettent fin à leur " guerre du whisky "

Le Canada et le Danemark ont mis enfin un terme mardi à leur "guerre" larvée de plusieurs décennies, combattue à coups de drapeaux, de whisky et de schnapps sur une île désertique et inhabitée de l'Arctique. Ils ont formellement signé un accord pour se partager le territoire.

 

Bouteille de whisky sur l'île de Hans
©Belga

Ils ont ainsi créé la première frontière terrestre entre le Canada et l’Europe sur l’île Hans, au large du nord-ouest du Groenland, lors d’une cérémonie à Ottawa, à laquelle participaient la ministre canadienne des affaires étrangères et son homologue danois. Dans une impasse bénigne depuis 49 ans, le conflit verra donc le territoire en forme de rein divisé en deux. D’une superficie de 1,3 km2, l’île est située entre l’île d’Ellesmere, dans le nord du Canada, et le Groenland, territoire danois.

Le différend remonte à 1973, quand une frontière maritime a été tracée entre les deux pays. Les Danois et les Canadiens se sont rendus à tour de rôle par hélicoptère sur l’île pour revendiquer le territoire, menant à des protestations diplomatiques, des campagnes en ligne et même des appels au Canada à boycotter les viennoiseries danoises.

Au cours de ces visites, chaque camp plantait un drapeau et laissait derrière lui une bouteille de whisky ou de schnapps à destination de l’autre partie. Couverte de neige, l’île Hans est inhabitable, mais les effets du changement climatique amènent toujours plus de circulation maritime dans l’Arctique et l’ouvrent à davantage d’exploitation de ses ressources notamment halieutiques. Selon l’expert de l’Arctique Michael Byers, l’île est cependant " si extraordinairement éloignée qu’il n’est pas rentable d’y envisager toute activité sérieuse ".

 

Sur le même sujet
Plus d'actualité