Elections législatives 2022: que dit le dernier sondage?

Le dernier sondage Ipsos place la Nupes en tête avec 28% des intentions de vote lors du premier tour des législatives françaises, juste devant le groupe présidentiel Ensemble à 27%. Mais cela ne donne pas forcément à la gauche une majorité à l'Assemblée nationale.

Législatives françaises 2022
©PHOTOPQR/LE PROGRES/Richard MOUILLAUD

Le premier tour des élections législatives françaises se tiendra ce dimanche et s’annonce comme un duel entre le bloc de gauche et le bloc présidentiel. Dans le dernier sondage Ipsos, la Nupes (Nouvelle union populaire, écologique et sociale), tirée par Mélenchon, récolterait 28% des voix au premier tour contre 27% pour la majorité présidentielle Ensemble. Le Rassemblement national culminerait à 19,5%, Reconquête de Zemmour à 6% et les autres partis de droite (Républicains, UDI) 11%.

Cela signifie-t-il que Mélenchon s’apprête à gagner son pari de se voir porter par les urnes au poste de Premier ministre? Loin s’en faut! Si la gauche a de fait le vent en poupe, le système électoral français (peu proportionnel et à deux tours) favorise la majorité présidentielle. Même si des incertitudes demeurent dans le report des voix entre deux tours.

Un duel Macron/Mélenchon

Pour l’heure, toujours selon le dernier sondage Ipsos, l’Assemblée nationale se présenterait comme telle après le deuxième tour:

  • Ensemble, premier groupe avec de 260 à 300 sièges
  • Nupes, de 175 à 215 sièges
  • LR/UDI/Divers droites, de 35 à 55 sièges
  • RN, de 20 à 50 sièges
  • Divers gauche, de 10 à 18 sièges

Selon Brice Tinturrier, directeur d’Ipsos, à France Info: " Il y a vraiment une certaine fragilité parce que tout dépend des reports que nous aurons entre le premier et le second tour. Nous avons 127 sièges qui se jouent à deux points et 62 sièges qui se jouent à un point. Si vous y ajoutez que dans 50 circonscriptions, le troisième est à un point du deuxième, vous voyez tout de suite à quel point vous pouvez avoir 40, 50 sièges qui peuvent ripper d’un bloc à l’autre ".

Risque d’abstention record

Autre incertitude, l’abstention. Qui devrait atteindre un niveau record. C’était déjà le cas en 2017 où seulement 48,7% des inscrits avaient voté. Cette année, l’abstention pourrait dépasser les  54%. " On est véritablement dans une élection peu mobilisatrice, avec des législatives qui peinent à trouver leur utilité ", explique Brice Teinturier.

Reste que ces législatives françaises s’apparentent bel et bien comme un troisième tour qui pourrait replacer la gauche dans le jeu démocratique. La réforme des retraites voulue par Macron depuis cinq ans, par exemple, pourrait ne jamais passer à l’Assemblée avec une gauche forte.

Sur le même sujet
Plus d'actualité