Législatives 2022: une France clivée entre les macronistes et Mélenchon

Le 12 juin, lors des élections législatives françaises, Macron vise une majorité absolue. L’Union de la gauche de Mélenchon peut-elle l’en empêcher?

Macron
© BelgaImage

Les macronistes

Ensemble contre les sondages
Les sondages vont à peu près tous dans le même sens: le mouvement “Ensemble”, qui réunit les partis soutenant le président Macron, ne franchirait pas la barre des 25 % au premier tour des élections législatives le 12 juin prochain. Pour rappel, les Français votent pour les députés de leur circonscription. Seuls les deux premiers peuvent concourir au second tour le 19 juin.

Mobilisés pour une majorité
Les électeurs du camp macroniste sont les plus mobilisés. 72 % devraient se rendre aux urnes. Selon les ­projections, l’alliance présidentielle obtiendrait une fourchette de sièges à l’Assemblée nationale comprise entre 245 et 315, notamment grâce à un bon second tour. La majorité se situe à 289.

Vers une cohabitation?
Au lendemain des élections présidentielles, la cohabitation était sur toutes les lèvres. Si l’Union de la gauche parvenait à obtenir une majorité à l’Assemblée nationale, Emmanuel Macron pourrait être contraint de gouverner avec elle. Une situation qu’ont connue les mandats de Chirac et Mitterrand.

Un mandat polémique
Le nouveau gouvernement Macron est fragilisé par plusieurs affaires. Celle du Stade de France, d’abord, qui remet en cause le ministre de l’Intérieur Gérald ­Darmanin. Ensuite, l’affaire Abad, du nom du ministre des Solidarités accusé de viol par deux femmes.

L’opposition

Jean-Luc Mélenchon

© BelgaImage

Un mouchoir de poche
L’Union de la gauche portée par Jean-Luc Mélenchon, patron des Insoumis, dépasse les candidats de la majorité présidentielle dans certaines estimations avec 25 % des voix. Jamais de plus d’un point, cela dit. En troisième position, le Rassemblement national n’est pas bien loin, avec 22 %. Les candidats des Républicains (12,5 %) et de Reconquête (4 %) sont dans une moins bonne posture.

À gauche toute
Qu’il remporte l’élection ou non, Jean-Luc Mélenchon aura réussi à inquiéter la majorité. La Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) raflerait entre 155 et 180 sièges après le second tour, ce qui empêcherait Jean-Luc Mélenchon d’être nommé à Matignon.

La droite en difficulté
La troisième force à l’Assemblée devrait être le Rassemblement national de Marine Le Pen. Dans l’estimation la plus basse, le parti d’extrême droite obtiendrait entre 35 et 65 sièges, contre à peine 8 aujourd’hui. Tout est cependant encore possible puisque 30 % des électeurs disent qu’ils pourraient encore changer d’avis.

Dure opposition
En cas de victoire de l’Union de la gauche, Emmanuel Macron serait forcé de revoir son gouvernement, voire sa Première ministre. Si cela ne se produit pas, aucun doute que l’opposition n’en sera pas moins rude à l’Assemblée. Et dans la rue, en raison des pertes de pouvoir d’achat.

Sur le même sujet
Plus d'actualité