Voyages: où le CST et le masque sont-ils encore obligatoires en Europe?

Si le pass sanitaire et le masque se font de plus en plus rares, certains pays européens appliquent encore certaines mesures anti-Covid.

Masque, pass sanitaire et passeport
Un masque, un pass sanitaire européen et un passeport @BelgImage

Les vacances d’été arrivent et après deux ans de Covid, jamais le sentiment de retour à la normale n’a été aussi fort. En Belgique, les mesures sanitaires sont même devenues rarissimes en Belgique, si ce n’est le port du masque à l’hôpital, chez le médecin ou en pharmacie. Mais que l’on ne s’y trompe pas: il n’en est pas de même partout. Si certains pays européens n’appliquent plus aucune restriction, d’autres se montrent plus prudents.

Un pass pour entrer dans de rares pays

Première étape, la plus importante: l’entrée dans le pays de destination au moyen d’un pass sanitaire. Rares sont encore les États européens qui requièrent encore ce type de contrôle mais ils existent. Le plus notable pour les Belges est sans aucun doute la France. Pour se rendre dans l’Hexagone, il faut de base que les personnes non-vaccinées présentent un test négatif (d’un test PCR de moins de 72 heures ou antigénique de moins de 48 heures). Mais une clause spéciale concerne les pays classés en vert, ce qui est le cas de tous les pays de l’Union européenne et de l’Espace Schengen (y compris la Belgique). Les mesures à l’arrivée (test, isolement) sont dès lors levées, contrairement à ce qui est prévu par exemple aux Chinois, aux Algériens, aux Australiens ou encore aux Maliens et aux Iraniens. À noter que les contrôles sont plus rigides pour la Corse et l’Outre-Mer.

Pour aller au Portugal, c’est une autre histoire. Ici, il faut dès 12 ans soit un certificat de vaccination (avec la dose de rappel si la dose précédente date de plus de 270 jours), soit un test PCR négatif (de moins de 72h), soit un test antigénique négatif (de moins de 24h), soit un certificat de rétablissement (de moins de 180 jours). La Finlande demande ce même type de documents dès 16 ans, à charge des contrôles aux frontières de les vérifier. Autrement dit, il n’est pas impossible qu’un voyageur arrive dans le pays sans être contrôlé.

Pour le reste de l’Europe, c’est simple: le pass n’est plus de rigueur. L’Italie, destination très populaire parmi les Belges, ne demande plus rien depuis le 1er juin. Idem pour la Grèce depuis le 1er mai, la Suisse depuis le 17 février dernier, ou encore les Pays-Bas, l’Allemagne, etc. Depuis la Belgique, l’Espagne n’impose plus non plus de prérequis du genre.

Le masque encore dans six pays (bientôt cinq)

A priori, sauf pour le Portugal, la Finlande et la France, les Belges n’ont donc aucun mal à voyager en Europe. Il n’y a même plus de PLF ou de quarantaine au retour de vacances. Une fois sur place, il faudra toutefois continuer à suivre les mesures sanitaires locales, notamment le port du masque. Ici, il y a plus de choses à dire. Pour l’Italie par exemple, le port du masque reste requis dès 6 ans dans les transports en commun, les musées et les événements en intérieur… jusqu’au 15 juin. Donc si rien ne change, vous pourrez visiter les belles villes italiennes sans vous couvrir la bouche et le nez en été.

En Espagne par contre, sauf changement à nouveau, il faudra bien porter le masque dans les transports et les centres de soin en juillet et août. Pareil au Luxembourg (où le reste des mesures sanitaires du Grand-duché étant tombés le 11 mars dernier), en Grèce (avec masque FFP2 ou double masque chirurgical au moins jusqu’au 15 septembre), et en Lituanie. Enfin, la Slovaquie demande encore de porter le masque dans les espaces publics fermés.

Sur le même sujet
Plus d'actualité