Voici pourquoi la reine d’Angleterre n’est pas la reine d’Angleterre

La reine d'Angleterre ne l'a jamais été. C'est à l'histoire du Royaume de Grande-Bretagne que l'on doit cet abus de langage.

Statue de Elizabeth II
Statue en cire d’Elizabeth II ©Belgaimage

Londres, janvier 1926. Au 22 Frith Street à Londres, un jeune ingénieur écossais présente dans ses bureaux une invention qu’il vient tout juste de mettre au point.

Devant les yeux écarquillés de l’assemblée présente, une image s’anime, seule, sur un écran.

John Logie Baird vient d’inventer la télévision. À cet instant, personne n’imagine à quel point ce poupon marquera l’histoire.

Quatre mois plus tard, à Londres toujours, au 17 Bruton Street cette fois, le Comte de Strasthmore et la Comtesse de Kinghorne découvrent un autre petit être animé. Elizabeth Alexandra Mary Windsor vient de pousser ses premiers cris. Et là non plus, personne ne songe un instant au mythe que deviendra ce bambin.

Elizabeth II, femme de télé

Côte à côte, les deux ont grandi. Côte à côte, les deux se sont nourris. Pour la première fois, le 2 juin 1953, la petite lucarne retransmet un événement en direct. L’union de la reine Elizabeth II et de Philip Mountbatten devant une horde de téléspectateurs.

Aujourd’hui, ils se retrouvent. Les chaînes du monde entier brilleront des couleurs de l’Union-Jack, en l’honneur de la reine.

Mais comme la télé, la reine embrasse des romances. Des idées reçues. Les traits sont grossis pour que l’idée triomphe. Au risque de perdre les nuances de certaines réalités. Au risque de frôler l’imposture, le faux, la simulation et la duplicité !

La reine d’Angleterre n’est pas. Jamais Elizabeth II ne l’a été, et jamais elle ne le sera. La prestidigitation royale est terminée. Les masques couronnés viennent de tomber.

Reine d’Angleterre, un peu court

Car avant d’être roi, faut-il encore un État. Alors pour régner sur l’Angleterre, c’est avant 1707 qu’il fallait monter sur le trône. C’est à cette date que la reine Anne, dernière véritable reine d’Angleterre, a apposé sa signature sous l’Union Act. Les royaumes d’Angleterre et d’Écosse s’unissent pour devenir l’île du Royaume de Grande-Bretagne. La reine Anne devient reine de Grande-Bretagne et du Royaume d’Irlande.

Le sort des royaumes d’Angleterre et d’Ecosse sont définitivement scellés. Du royaume d’Angleterre ne reste qu’une simple entité administrative, dépendante de l’État central.

Mais qu’à cela ne tienne. La reine Elizabeth II ne s’émouvra guère de ne pouvoir se prévaloir du titre de reine d’Angleterre. Depuis 70 ans, la monarque règne sur un territoire bien plus vaste que la simple Angleterre. Aujourd’hui, elle est la chef d’État de 16 pays. Rien que cela. Les festivités du jubilé se tiendront en Grande-Bretagne, évidemment, mais également sur l’île d’Antigua-et-Barbuda, en Australie, dans les Bahamas, la Barbade, le Belize, le Canada, la Grenade, la Jamaïque, la Nouvelle-Zélande, la Papouasie-Nouvelle Guinée, Sainte-Lucie, les îles Salomon, Saint-Christophe-et-Nevis, Saint-Vincent-et-les-Grenadines et Tuvalu.

Lors de son début de règne, elle était même le souverain de seize autres États qui ont décidé d’abolir les uns après les autres la monarchie.

Aujourd’hui, appelez Elizabeth Alexandra Mary Windsor : Elizabeth II, par la grâce de Dieu, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et de ses autres royaumes et territoires, chef du Commonwealth, défenseur de la Foi.

Voilà qui ravira les commentateurs du monde entier.

Sur le même sujet
Plus d'actualité