Poutine "très malade"? Il aurait été soigné pour un cancer en avril

Le président russe Vladimir Poutine a suivi un traitement pour soigner un cancer à un stade avancé en avril rapporte jeudi Newsweek. Selon l'hebdomadaire, le maitre du Kremlin aurait également échappé à une tentative d'assassinat au mois de mars.

Vladimir Poutine malade maladie cancer assassinat guerre Ukraine invasion Russie
@BELGAIMAGE

Depuis des années et plus encore depuis le début de la guerre en Ukraine, l’état de santé de Vladimir Poutine fait l’objet de nombreuses spéculations. Elle est maintenant au centre de discussions intenses au sein du gouvernement américain après que les agences de renseignement ont publié leur quatrième évaluation fin mai, selon Newsweek, qui s’appuie sur de hauts responsables de trois services de renseignement américains. Selon le rapport classifié, Vladimir Poutine semble s’être rétabli après avoir subi un traitement contre le cancer en avril.

Les services de renseignement confirment également qu’une tentative d’assassinat a visé Vladimir Poutine en mars dernier. Les hauts responsables craignent par ailleurs que le président russe ne devienne de plus en plus paranoïaque dans sa gestion du pouvoir, ce qui rend imprévisible la suite de la guerre en Ukraine. Mais cela rend aussi moins probable le risque d’une guerre nucléaire, disent-ils. "L’emprise de Poutine est forte, mais n’est plus absolue", explique l’un des officiers supérieurs du renseignement. " Tout le monde sent que la fin est proche".

Les trois responsables avertissent par ailleurs que l’isolement du président russe rendra plus difficile pour les agences de renseignement américaines d’estimer avec précision l’état de santé de l’actuel locataire du Kremlin. "Ce que nous savons, c’est qu’il y a un iceberg là-bas, bien qu’il soit dans le brouillard", a déclaré l’un d’eux.

Un autre responsable a souligné pour sa part que l’une des meilleures sources de renseignement s’était en grande partie tarie à cause de la guerre en Ukraine. "Poutine a eu en effet peu de rencontres avec des dirigeants étrangers". Les réunions privées donnent parfois un bon aperçu, ajoute l’intéressé.

Sur le même sujet
Plus d'actualité