Johnny Depp et Amber Heard tous les deux condamnés pour diffamation

Le jury est parvenu à la conclusion que Johnny Depp autant qu'Amber Heard étaient coupables de diffamation. L'acteur doit toutefois payer beaucoup moins.

Johnny Depp
Johnny Depp © BelgaImage

Aussi bien Amber Heard que Johnny Depp ont diffamé l’autre, conclut un jury américain dans le procès opposant les deux acteurs et ex-époux. Johnny Depp recevra 15 millions de dollars de dommages-intérêts, Amber Heard 2 millions. Les deux acteurs ont chacun réagi après le verdict.

Mission: déterminer si telle ou telle déclaration était diffamatoire

Les sept jurés – cinq hommes et deux femmes – ont délibéré près de 13 heures depuis vendredi pour s’accorder sur une décision unanime au tribunal de Fairfax, près de Washington. La vedette de la saga "Pirates des Caraïbes" poursuivait son ex-femme pour une tribune publiée par le Washington Post en 2018, dans laquelle elle disait être "une personnalité publique représentant les violences conjugales". Même s’il n’est pas nommé, Johnny estime que cette tribune a détruit sa carrière et sa réputation. Il réclamait 50 millions de dollars en dommages et intérêts.

Amber Heard, apparue notamment dans "Justice League" et "Aquaman", a contre-attaqué et demande le double.
L’actrice de 36 ans assure avoir été diffamée par un ancien avocat de son ex-époux, qui avait qualifié ses accusations de violences conjugales de "canulars" en avril 2020.

Trois passages de la tribune d’Amber Heard et trois déclarations d’Adam Waldman, l’avocat de l’acteur, sont concernés. Les jurés devaient déterminer si chaque passage était diffamatoire. Mais pour attribuer des dommages-intérêts, ils devaient juger si l’auteur des déclarations avait agi par "réelle malveillance", en les sachant fausses ou si elles étaient faites au mépris de la vérité, une subtilité juridique concernant les personnalités publiques aux Etats-Unis.

Johnny Depp était absent pour l’énoncé du verdict "en raison d’engagements professionnels pris avant le procès", selon la chaîne de télévision ABC, citant des sources proches de l’acteur. Après la fin des débats vendredi, il s’est envolé pour le Royaume-Uni, où il a participé à plusieurs concerts du chanteur britannique Jeff Beck à Sheffield et Londres. Amber Heard était présente à Fairfax.

Un déballage médiatique

Le procès, diffusé en direct à la télévision, a donné lieu à un déballage de la vie privée du couple, devant des millions de téléspectateurs dans le monde. Pendant six semaines, des dizaines d’heures de témoignages et d’enregistrements audio ou vidéo ont révélé des détails de leur relation amoureuse émaillée de disputes, très éloignée du glamour d’Hollywood, entre 2011 et 2016.

La comédienne a raconté que Johnny Depp devenait un "monstre" sous l’emprise d’un cocktail explosif de drogues et d’alcool et refusait de suivre une cure de désintoxication. Il l’aurait violée à l’aide d’une bouteille d’alcool un mois après leur mariage, en mars 2015, en Australie où l’acteur tournait l’épisode 5 des "Pirates". Ce jour-là, Johnny Depp a eu l’extrémité d’un doigt sectionnée et a été hospitalisé. Il affirme que c’est à cause de l’éclat d’une bouteille lancée par Amber Heard. Elle assure qu’il s’est blessé tout seul.

Après une autre dispute en mai 2016, au cours de laquelle Johnny Depp lui aurait lancé un téléphone au visage, elle avait demandé le divorce pour violences conjugales. Depuis, elle dit être devenue la cible d’une campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux qui a anéanti sa carrière.

L’acteur de 58 ans a quant à lui dénoncé des accusations "ahurissantes" et assuré que c’était au contraire son épouse qui était violente. "Aucun être humain n’est parfait, certainement pas, aucun de nous, mais jamais de ma vie je n’ai commis de violences sexuelles ou de violences physiques", a-t-il affirmé à la barre. Chaque jour, des centaines de fans se sont massés dans la salle d’audience et aux entrées du tribunal pour l’acclamer. Ce procès, devant une chambre civile, est le second pour Johnny Depp, qui avait déjà été débouté de sa plainte en diffamation à Londres en 2020 contre le tabloïd The Sun, qui l’avait qualifié de "mari violent". Les deux acteurs affirment chacun avoir perdu entre 40 et 50 millions de dollars de cachets depuis la parution de la tribune.

Amber Heard: "C’est un revers"

Directement à la suite du verdict, Amber Heard a fait connaître son chagrin. "La déception que je ressens aujourd’hui est au-delà des mots. J’ai le cœur brisé que la montagne de preuves ne soit toujours pas suffisante pour résister au pouvoir, à l’influence et à l’emprise disproportionnés de mon ex-mari. Je suis encore plus déçue de ce que ce verdict signifie pour les autres femmes. C’est un revers. Cela nous ramène à une époque où une femme qui parlait et s’exprimait pouvait être publiquement humiliée. Cela fait reculer l’idée que la violence à l’égard des femmes doit être prise au sérieux", déclare-t-elle.

"Je crois que les avocats de Johnny ont réussi à amener le jury à négliger la question clé de la liberté d’expression et à ignorer les preuves qui étaient si concluantes que nous avons gagné au Royaume-Uni. Je suis triste d’avoir perdu cette affaire. Mais je suis encore plus triste d’avoir perdu un droit que je pensais avoir en tant qu’Américaine – de parler librement et ouvertement", conclut-elle.

Johnny Depp: "Je me sens en paix"

De son côté, Johnny Depp a lui aussi tenu à réagir par une déclaration officielle. "Il y a six ans, ma vie, la vie de mes enfants, la vie de mes proches, et aussi la vie des personnes qui, depuis de très nombreuses années, m’ont soutenu et cru en moi, ont changé à jamais. Le tout en un clin d’œil. Des allégations fausses, très graves et criminelles ont été portées contre moi via les médias, ce qui a déclenché une vague sans fin de contenus haineux, bien qu’aucune accusation n’ait jamais été portée contre moi. En une nanoseconde, cela avait déjà fait deux fois le tour du monde et cela a eu un impact sismique sur ma vie et ma carrière. Six ans plus tard, le jury m’a rendu ma vie. Je suis vraiment touché", dit-il.

"Ma décision de poursuivre cette affaire, sachant très bien la hauteur des obstacles juridiques auxquels je serais confronté et l’inévitable spectacle mondial, n’a été prise qu’après mûre réflexion. Dès le début, l’objectif de porter cette affaire était de révéler la vérité, quelle que soit l’issue. Dire la vérité était quelque chose que je devais à mes enfants et à tous ceux qui m’ont soutenu avec fermeté. Je me sens en paix en sachant que j’ai enfin accompli cela", se réjouit l’acteur. "Je suis, et j’ai été, submergé par l’effusion d’amour, le soutien et la gentillesse colossaux du monde entier. J’espère que ma quête pour que la vérité soit dite aura aidé d’autres, hommes ou femmes, qui se sont retrouvés dans ma situation, et que ceux qui les soutiennent n’abandonneront jamais".

"Je tiens à souligner le noble travail du juge, des jurés, du personnel du tribunal et des shérifs qui ont sacrifié leur propre temps pour en arriver là, ainsi qu’à mon équipe juridique diligente et inébranlable qui a fait un travail extraordinaire en m’aidant à partager la vérité. Le meilleur reste à venir et un nouveau chapitre commence enfin", déclare-t-il avant de conclure avec une phrase en latin et sa traduction: "Veritas numquam perit. La vérité ne périt jamais".

Sur le même sujet
Plus d'actualité