?> France: ces personnalités candidates aux élections législatives
Search Menu

France: ces personnalités candidates aux élections législatives

Qu'elles viennent de la politique, de la télé ou encore de la musique, tour d'horizon des personnalités qui se présenteront aux législatives françaises.

Vote en 2017 à Marseille

Vote lors des élections législatives françaises de 2017, à Marseille @BelgaImage

Du 12 au 19 juin, les Français seront à nouveau appelés à voter, moins de deux mois après les présidentielles. Ils devront alors élire les 577 députés de l’Assemblée nationale avec un mandat de cinq ans. Mais dans certaines circonscriptions, les électeurs vont probablement tiquer sur les noms de certains candidats. Des individus loin d’être des inconnus du grand public.

"On n’est pas couché" représenté trois fois

Évidemment, la première personnalité médiatique qui attire le regard, c’est Éric Zemmour. Déjà présent lors des présidentielles, où il a terminé quatrième au premier tour avec 7,07% des voix, il se présente désormais dans la quatrième circonscription du Var (région de Draguignan et de Saint-Tropez), toujours à la tête de son parti d’extrême-droite, Reconquête. Selon un sondage du Journal du Dimanche, il obtiendrait 24% des intentions de vote, derrière les 28% de la députée sortante Sereine Mauborgne (LREM, parti présidentiel) mais devant les 21% de Philippe Lottiaux (RN, le parti de Marine Le Pen). Au deuxième tour, la candidate d’Emmanuel Macron l’emporterait à 53% contre Éric Zemmour et à 51% contre Philippe Lottiaux. Si ces deux derniers sont qualifiés pour le second round, les deux candidats d’extrême-droite pourraient voir leurs chances de réussite s’amoindrir encore plus, sauf en cas d’alliance.

Ailleurs, d’autres anciens chroniqueurs de Laurent Ruquier sont également en lice pour les législatives. C’est le cas d’Aymeric Caron dans la 18e circonscription de Paris (tout au nord de la capitale). Soutien de Jean-Luc Mélenchon lors de la présidentielle, il est désormais représentant de l’union de gauche (Nupes). "Je suis passé du journalisme au journalisme engagé, puis à l’écriture de livres où j’aborde des projets de société que je veux porter aujourd’hui sur le plan législatif", explique-t-il au Parisien. En 2018, il avait déjà fondé un micro-parti, Révolution écologique pour le vivant (REV). Ce dernier a rejoint la Nupes lors de sa formation. En juin, il sera opposé à Pierre-Yves Bournazel (Horizons, le parti de l’ancien Premier ministre Édouard Philippe, allié à LREM). Sa circonscription est présentée comme gagnable.

Lui aussi ancien chroniqueur d’"On n’est pas couché", le Parisien Charles Consigny sera candidat LR (droite) dans la 4e circonscription des Yvelines (région de Chatou, en banlieue est de Paris). Il devra y affronter la député sortante Marie Lebec, vice-présidente du groupe LREM à l’Assemblée nationale.

Suite à l’officialisation de ces trois candidats, Laurent Ruquier a réagi en personne dans "On est en direct" en présence d’une autre de ses anciennes chroniqueuses, la présentatrice et journaliste Léa Salamé. "Vous remarquerez mon pluralisme Léa: j’ai fait mieux que l’ENA (École nationale d’Administration, ndlr), j’ai trois anciens chroniqueurs candidats aux législatives. Je suis éleveur de candidats! Mais ce qui me fait plaisir, c’est qu’il y en a de tous les horizons. Ça prouve que je ne les ai pas choisi par opinion politique au départ", s’est-il réjoui.

Deux humoristes en lice

De nombreuses autres personnalités sont également candidates ailleurs en France. On trouve notamment deux humoristes: Gérald Dahan et Laurent Baffie. Le premier, originaire de Cognac, sera candidat à proximité de sa région natale, dans la 3e circonscription de Charente-Maritime (secteur de Saintes). Il avait déjà tenté l’aventure des législatives en 2017, dans la 10ème circonscription des Hauts-de-Seine. Il avait terminé troisième avec 8,3% des voix, loin derrière les 44% du futur porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, tout juste nommé ministre délégué aux Comptes publics. Cette fois-ci, il affrontera le député LREM sortant Jean-Philippe Ardouin.

Laurent Baffie sera quant à lui candidat dans la 3e circonscription de Paris (au nord-ouest de la capitale) pour le Parti animaliste. Il semble très peu probable qu’il l’emporte, surtout qu’il se présente contre le nouveau ministre de la Transformation et de la Fonction publique, le député sortant Stanislas Guerini (LREM). En 2019, Laurent Baffie avait déjà soutenu le parti animaliste lors des élections européennes. "Je ne serai jamais un homme politique, mais j’ai envie d’aider ces gens-là qui défendent la cause animale, c’est très important. Je ne me serais jamais présenté pour une autre raison", déclarait-il à La Nouvelle République.

De Koh-Lanta à C à vous

Toujours dans le monde de la télé, on retrouve aussi Isabelle Seguin. En 2003, elle était la gagnante ex-aequo de l’édition de "Koh-Lanta" au Panama, à Bocas del Toro. Aujourd’hui, elle représente le parti présidentiel dans la 4e circonscription de l’Ain (à l’ouest du département, qui comprend une fraction de Bourg-en-Bresse). Sa tâche pourrait être rendue difficile par la dissidence de Stéphane Trompille, le député LREM sortant. Ce dernier a maintenu sa candidature malgré que son parti lui ait retiré son soutien, M. Trompille étant sous le coup d’une procédure judiciaire pour harcèlement sexuel.

Dans la 9e circonscription des Yvelines (à l’ouest du département), les électeurs retrouveront Babeth de Rozières, chef cuisinière reconnue devenue depuis chroniqueuse à "C à vous". Bien qu’encartée chez LR, elle revendique désormais son soutien à LREM, bien que le parti présidentiel présente son propre candidat, le député sortant Bruno Millienne. Une étrange configuration qui n’empêche pas Babeth de Rozières d’écrire "majorité présidentielle" sur ses affiches.

Musique et maths

Parmi les artistes, on retrouve Francis Lalanne, qui s’était déjà présenté plusieurs fois lors des législatives sous l’étiquette divers gauche. Entre-temps, il s’est fait connaître pour ses propos complotistes sur le pass sanitaire et le vaccin pendant la crise du Covid. Cette année, il sera opposé dans la 3e circonscription de Charente (région de Confolens) au député sortant divers gauche Jérôme Lambert qui est en bien mauvaise posture. Critiqué pour ses votes contre le mariage pour tous et la PMA pour toutes, il n’a pas été investi par la Nupes, ce qui ne l’empêche pas de se présenter aux élections.

Autre figure connue: le mathématicien Cédric Villani, lauréat de la médaille Fields. Souvent présent dans les médias depuis des années, il était devenu député LREM en 2017. En 2020, il a voulu se présenter à la mairie de Paris, qu’importe que son parti présente déjà un candidat, l’ancien porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux. Aujourd’hui, il se présente dans sa circonscription d’il y a cinq ans, la 5e de l’Essonne (région d’Orsay), non pas sous l’étiquette LREM mais Nupes. Il s’opposera au polytechnicien Paul Midy (LREM).

Des nouveaux venus dans la sphère médiatique

Suivent deux novices de la politique. Le premier est Patrick Jardin, le père d’une régisseuse du Bataclan, tuée durant les attentats 13 novembre 2015. Proche de l’ultra-droite et soutien d’Éric Zemmour pendant les présidentielles, il est aujourd’hui candidat Reconquête dans la 4e circonscription du Nord (banlieue nord-ouest de Lille). "Je suis candidat aux législatives car, déjà, Éric Zemmour me l’a demandé, et parce que, entre ce que pense Éric Zemmour et moi, il n’y a pas l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette", déclarait-il à la Voix du Nord. Il s’opposera à la députée sortante Brigitte Liso (LREM).

L’autre candidat est Stéphane Ravaclay, un boulanger de Besançon devenu célèbre après avoir mené une grève de la faim afin d’empêcher l’expulsion de son apprenti guinéen, Laye Fodé Traoré, ce qu’il obtiendra. Cet écologiste représente aujourd’hui la Nupes dans la 2e circonscription du Doubs (qui englobe une bonne partie de Besançon). Il affrontera le député sortant Éric Alauzet (LREM).

Les personnalités politiques du parti présidentiel

Pour terminer, de nombreuses personnalités politiques sont évidemment présentes aux législatives. C’est le cas de la Première ministre Élisabeth Borne, dans la 6e circonscription du Calvados (sud-ouest du département). De nombreux ministres et d’ex-ministres d’Emmanuel Macron sont en lice. Pour ce qui est des actuels membres de l’exécutif, en plus de Stanislas Guerini cité ci-dessus qui fera face à Laurent Baffie, on retrouvera le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin dans la 10e circonscription du Nord (région de Tourcoing), l’ex-ministre de la Santé devenu ministre délégué des Relations avec le Parlement Olivier Véran dans la 1ère circonscription de l’Isère (région de Grenoble), Gabriel Attal dans la 10e circonscription des Hauts-de-Seine (région d’Issy-les-Moulineaux), la ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin dans la 6e circonscription de l’Essonne (région de Massy), la ministre de la Santé Brigitte Bourguignon dans la 6e circonscription du Pas-de-Calais (nord-ouest du département), le ministre du Travail Olivier Dussopt dans la 2e circonscription de l’Ardèche (région d’Annonay et Tournon-sur-Rhône), le ministre des Solidarités Damien Abad dans la 5e circonscription de l’Ain (région de Nantua, Oyonnax et Ambérieu-en-Bugey), le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau dans la 1re circonscription du Loir-et-Cher (région de Blois), la ministre des Outre-mer Yaël Braun-Pivet dans la 5e circonscription des Yvelines (région de Sartrouville), le ministre délégué chargé du Commerce extérieur Franck Riester dans la 5e circonscription de Seine-et-Marne (région de Coulommiers), le ministre délégué chargé de l’Europe Clément Beaune dans la 7e circonscription de Paris (centre-est de la capitale), la porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire dans la 12e circonscription de Paris (sud-ouest de la capitale), et enfin la Secrétaire d’État à la Mer Justine Benin dans la 2e circonscription de Guadeloupe (est de l’île).

Parmi les anciens qui ne sont plus présents dans le gouvernement Borne, on retrouve l’ex-ministre de la Transition écologique Barbara Pompili comme en 2017 dans la 2e circonscription de la Somme (région d’Amiens, ville natale d’Emmanuel Macron), l’ex-ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer dans la 4e circonscription du Loiret (région de Montargis), l’ex-ministre déléguée chargée de l’Insertion Brigitte Klinkert dans la 1re circonscription du Haut-Rhin (région de Colmar), l’ex-Secrétaire d’État chargée de la Biodiversité Bérangère Abba dans la 1re circonscription de Haute-Marne (région de Chaumont et Langres), l’ex-ministre déléguée chargée de la Ville Nadia Hai dans la 7e circonscription des Yvelines (dans la région de Conflans-Sainte-Honorine), l’ex-Secrétaire d’État chargée de l’Éducation prioritaire Nathalie Élimas candidate en tant que dissidente dans la 6e circonscription du Val-d’Oise (région d’Enghien-les-Bains), l’ex-Secrétaire d’État chargée de la Jeunesse Sarah El Haïry dans la 5e circonscription de Loire-Atlantique (région de Carquefou), l’ex-Secrétaire d’État chargé des Retraites Laurent Pietraszewski dans la 11e circonscription du Nord (région d’Armentières), et l’ex-Secrétaire d’État chargé de la Ruralité Joël Giraud dans la 2e circonscription des Hautes-Alpes (région de Briançon).

Parmi les autres personnalités politiques, du côté du parti présidentiel et de ses alliés, il y a l’ancien Premier ministre Manuel Valls dans la 5e circonscription des Français de l’étranger (péninsule ibérique et Monaco), le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale Christophe Castaner dans la 2e circonscription des Alpes-de-Haute-Provence (région de Forcalquier, Sisteron et Barcelonnette), le président de l’Assemblée nationale française Richard Ferrand dans sa 6e circonscription du Finistère (au centre du département), la présidente déléguée du groupe LREM à l’Assemblée nationale Aurore Bergé dans la 10e circonscription des Yvelines (région de Rambouillet), l’ancien ministre du Budget de Nicolas Sarkozy qui a récemment quitté LR Éric Woerth dans sa 4e circonscription de l’Oise (dans la région de Chantilly dont il a été maire), le président du groupe MoDem à l’Assemblée nationale Patrick Mignola dans la 4e circonscription de Savoie (dans la région de Chambéry), et le président du parti Agir ensemble Olivier Becht dans sa 5e circonscription du Haut-Rhin (région de Mulhouse).

Les autres personnalités politiques

Ailleurs dans l’échiquier politique français, il y a pléthore de candidats connus. À l’extrême-droite, il y aura Marine Le Pen dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais (région d’Hénin-Beaumont), sa sœur Marie-Caroline Le Pen (RN) dans la 6e circonscription des Hauts-de-Seine (région de Neuilly-sur-Seine), le président du parti Debout la France Nicolas Dupont-Aignan dans sa 8e circonscription de l’Essonne (où se trouve la commune de Yerres dont il a été maire), l’ex-trésorier du RN Wallerand de Saint Just dans la 10e circonscription de Paris (à l’extrême sud de la capitale), le président du parti Les Patriotes Florian Philippot dans la 6e circonscription de Moselle (région de Forbach), et l’ex-porte-parole de campagne de Marion Maréchal(-Le Pen) Franck Allisio dans la 12e circonscription des Bouches-du-Rhône (région de Marignane). Le RN tentera aussi de renouveler les mandats de ses députés: Bruno Bilde dans la 12e circonscription du Pas-de-Calais (dans la région de Liévin), Bruno Clavet remplaçant le député Emmanuel Blairy dans la 3e circonscription du Pas-de-Calais (dans les environs de Lens), Sébastien Chenu dans la 19e circonscription du Nord (région de Denain), Nicolas Meizonnet dans la 2e circonscription du Gard (région d’Aigues-Mortes), Anaïs Sabatini remplaçant la députée RN sortante Catherine Dujol dans la 2e circonscription des Pyrénées-Orientales (nord du département). Dans la 6e circonscription de l’Hérault (région de Béziers), la députée Emmanuelle Ménard s’est distanciée du RN, tout comme son mari, le maire de Béziers Robert Ménard, qui s’est rapproché fortement d’Emmanuel Macron ces dernières semaines. Malgré ce petit revers pour le RN, le parti de Marine Le Pen n’a mis personne face à l’élue rebelle.

À gauche, côté PS, on compte notamment le premier secrétaire du parti Olivier Faure dans la 11e circonscription de Seine-et-Marne (région de Savigny-le-Temple), l’ancien ministre délégué à l’Agroalimentaire à l’époque de François Hollande Guillaume Garot dans sa 1re circonscription de Mayenne (région de Laval), la présidente du groupe socialiste à l’Assemblée nationale Valérie Rabault dans sa 1re circonscription de Tarn-et-Garonne (région de Montauban), et deux porte-parole du PS: Pierre Jouvet dans la 4e circonscription de la Drôme (région de Romans-sur-Isère) et Boris Vallaud (mari de l’ex-ministre Najat Vallaud-Belkacem) dans la 3e circonscription des Landes (sud-est du département).

Chez LFI, le formation de Jean-Luc Mélenchon, la principale figure est celle du coordinateur du parti Adrien Quatennens dans la 1re circonscription du Nord (à Lille). Son prédécesseur, le député européen Manuel Bompard, sera chargé de récupérer le poste de député laissé libre par Jean-Luc Mélenchon dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône (c’est-à-dire le centre-ville de Marseille). Une des très proches conseillère de Mélenchon, Sophia Chikirou, est candidate dans la 6e circonscription de Paris (centre-est de la capitale). Quant au directeur de campagne du leader de gauche en 2017 et 2022, Bastien Lachaud, il tentera de garder son poste de député dans la 6e circonscription de Seine-Saint-Denis (région d’Aubervilliers et Pantin). Suivent le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon Alexis Corbière (LFI) dans la 7e circonscription de Seine-Saint-Denis (à Montreuil), l’ancienne porte-parole du parti et chroniqueuse télé Raquel Garrido (qui est d’ailleurs la femme d’Alexis Corbière) dans la 5e circonscription de Seine-Saint-Denis (région de Bobigny et Drancy), le documentariste et député François Ruffin dans sa 1re circonscription de la Somme (entre Amiens et Abbeville), la secrétaire générale de LFI Clémence Guetté dans la 2e circonscription du Val-de-Marne (région d’Orly), la présidente du groupe LFI à l’Assemblée nationale Mathilde Panot dans la 10e circonscription du Val-de-Marne (région d’Ivry-sur-Seine et du Kremlin-Bicêtre), et Clémentine Autain dans la 11e circonscription de Seine-Saint-Denis (région de Sevran, Tremblay-en-France et Villepinte).

Parmi les écologistes, on retrouve le Secrétaire national d’Europe Écologie Les Verts (EELV) Julien Bayou dans la 5e circonscription de Paris (centre-nord-est de la capitale), la secrétaire adjointe d’EELV Sandra Regol dans la 1re circonscription du Bas-Rhin (région de Strasbourg), la porte-parole d’EELV Éva Sas dans la 8e circonscription de Paris (extrême-est de la capitale), la trésorière d’EELV Marine Tondelier face à Marine Le Pen dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, et l’ancienne ministre de l’Écologie de François Hollande et présidente du parti Génération écologie Delphine Batho dans sa 2e circonscription des Deux-Sèvres (sud-est du département). Sandrine Rousseau, qui a failli être désignée candidate EELV à la présidentielle de 2022 (elle s’est inclinée face à Yannick Jadot avec 49%), sera candidate dans la 9e circonscription de Paris (sud-est de la capitale). Sont également en lice les deux coordinateurs nationaux de Génération.s, le parti fondé par Benoît Hamon: Sophie Taillé-Polian dans la 11e circonscription du Val-de-Marne (région de Villejuif et Cachan), et Benjamin Lucas dans la 8e circonscription des Yvelines (région de Mantes-la-Jolie). Enfin, il y aura aussi le co-président du petit parti Les Nouveaux Démocrates, l’ex-macroniste Aurélien Taché, dans dans sa 10e circonscription du Val-d’Oise (région de Cergy).

Chez LR et ses alliés, seront présents le président du parti Christian Jacob dans la 4e circonscription de Seine-et-Marne (région de Provins), le questeur de l’Assemblée nationale Éric Ciotti (LR) dans la 1re circonscription des Alpes Maritimes (région de Nice), l’ancien candidat à la primaire LR pour la présidentielle de 2022 Philippe Juvin dans la 3e circonscription des Hauts-de-Seine (région de Courbevoie), ou encore le secrétaire national du parti Aurélien Pradié dans la 1re circonscription du Lot (ouest du département). Le président du parti de centre-droit UDI, Jean-Christophe Lagarde, tentera de garder sa 5e circonscription de Seine-Saint-Denis en affrontant Raquel Garrido. Le président du groupe Libertés et territoires à l’Assemblée nationale Bertrand Pancher dans sa 1re circonscription de la Meuse (région de Bar-le-Duc et Commercy).

Enfin, il reste les représentants de plus petits partis. C’est le cas du frère du candidat localiste à la présidentielle, Julien Lassalle, dans la 4e circonscription des Pyrénées-Atlantiques (région d’Oloron-Sainte-Marie). La porte-parole du parti trotskiste Lutte ouvrière (LO) Nathalie Arthaud sera candidate dans la 6e circonscription de Seine-Saint-Denis (région de Pantin et Aubervilliers) face à Bastien Lachaud. Le secrétaire national du Parti communiste français, Fabien Roussel, sera candidat Nupes dans sa 20e circonscription du Nord (région de Saint-Amand-les-Eaux).