TotalEnergies: haute tension entre actionnaires et activistes (vidéos)

Des militants ont tenté d'empêcher la tenue d'une AG importante de TotalEnergies portant sur l'adoption de sa stratégie climat, quitte à subir des insultes.

Activistes climatiques devant la salle Pleyel
Activistes climatiques devant la salle Pleyel, le 25 mai 2022 à Paris @BelgaImage

Ambiance tendue ce mercredi 25 mai à Paris, rue du Faubourg Saint-Honoré dans le VIIIe arrondissement de Paris. C’est là que devait se tenir l’assemblée générale (AG) de TotalEnergies, dans la salle Pleyel. Une réunion importante puisque les actionnaires étaient amenés à trancher sur la stratégie climat de la société. Conscients de l’enjeu, des activistes s’étaient coalisés pour manifester. Greenpeace, Amis de la Terre, Alternatiba, Action non-violente COP21: toutes ces associations étaient présentes. Finalement, la tension est montée dans les tours, au point d’en venir aux insultes.

"Vous dégagez"

Réunis dès le matin, les militants ont dénoncé la politique de TotalEnergies à coups de banderoles et de cris. Ils demandaient notamment l’"abandon des projets expansionnistes d’énergies fossiles" ainsi que le "retrait immédiat de Russie" pour l’entreprise, l’argent du pétrole et du gaz étant pointé du doigt pour son rôle dans le financement de la guerre en Ukraine. "Totalement irresponsables", "on est là, même si Total ne veut pas nous, on est là", clamaient-ils. Une partie a notamment tout fait pour bloquer la tenue de l’AG qui devait se faire en présentiel, parfois en s’enchaînant aux portes de la salle Pleyel.

Une vidéo du journaliste d’Alternatiba Nicolas Raffin montre alors des actionnaires s’énerver contre une activiste qui leur fait face. "Vous dégagez", disent certains d’entre eux à cette femme avant qu’un de ces hommes se mette à l’insulter directement. Après, c’est le journaliste qui est lui-même la cible d’injures.

Chahutée, l’AG a fini par voter

Finalement, à 10h, TotalEnergies a laissé tomber l’idée d’une AG réunissant en présentiel tous les actionnaires. Elle a dû se tenir en distanciel. "Plus de 28.000 actionnaires sont présents, représentés ou ont voté par correspondance, ce qui représente un quorum de 68,87% des actionnaires", a fait savoir le PDG Patrick Pouyanné. Un collectif d’actionnaires représentant 0,78% du capital de l’entreprise avait déposé une résolution pour se conformer à l’Accord de Paris sur le climat. Le conseil d’administration a toutefois refusé qu’elle soit à l’ordre du jour. À 13h, le résultat tombe: la stratégie climat du groupe, dénoncée par les activistes, a été adoptée à 89%. Les manifestants ont hué lors de l’annonce de la décision. TotalEnergies estime pour sa part faire assez avec notamment "plus de 60 milliards d’investissements verts d’ici à 2030" et un mix énergétique représentant à cette date "50% de gaz naturel, 30% de produits pétroliers, 15 % d’électricité en majorité renouvelable et 5 % de biomasse et hydrogène".

Pour l’ONG Reclaim Finance, cela montre "l’échec de l’engagement actionnarial qui se perd dans des dialogues sans fin et sans résultat". Elle demande aux "investisseurs soucieux du climat à acter dès maintenant l’arrêt de leurs investissements dans l’expansion gazière et pétrolière". "Aujourd’hui, on a perdu une bataille mais dans un an on peut gagner la guerre, les esprits évoluent", a déclaré à l’AFP le député européen Pierre Larrouturou, présent sur place pour "tenter de convaincre les petits actionnaires de l’urgence climatique".

Sur le même sujet
Plus d'actualité