Qui est Pap Ndiaye, nouveau ministre et cauchemar de l’extrême droite en France ?

Le nouveau ministre français de l'Education nationale Pap Ndiaye ne plaît pas à tout le monde, et certainement pas à Marine Le Pen.

Pap Ndiaye
Belga

Lors de la passation de pouvoir au ministère de l’Education nationale, ses premiers mots furent pour Samuel Paty, professeur d’Histoire assassiné par un terroriste islamiste en 2020. Il s’est ensuite présenté comme " le symbole de la méritocratie et de la diversité. Je n’en tire aucune fierté, mais le sens du devoir et des responsabilités ". La nomination de l’Historien Pap Ndiaye comme ministre de l’Education nationale est un des jolis coups d’Emmanuel Macron. Un coup vers sa gauche qui dévoile le vrai visage de Marine Le Pen et du Rassemblement national, outrée d’avoir un Français d’origine sénégalaise comme premier prof de France. Mais qui est-il ?

Directeur du Musée de l’Histoire de l’immigration

Né dans la banlieue parisienne d’un père sénégalais et d’une mère française il y a 56 ans, Pap Ndiaye a fait sa carrière à l’Université en tant que chercheur en Histoire. En 2021, Emmanuel Macron le nomme à la tête du Musée national de l’Histoire de l’immigration. Un an plus tard, le voilà ministre de l’Education. L’éducation est un des trois grands chantiers du nouveau quinquennat.

Issu d’une famille littéraire

Sa soeur est Marie Ndiaye, autrice qui a reçu le prix Femina en 2001 pour son roman " Rosie Carpe " et le prix Goncourt en 2009 pour " Trois femmes puissantes ". Lui-même est féru de littérature. Son idole est Aimé Césaire, poète de la négritude.

Spécialiste des minorités et de l’Histoire sociale aux Etats-Unis

Pap Ndiaye a étudié à l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales) mais aussi à l’Université de Virginie, aux Etats-Unis, située dans la ville de Charlottesville, là où des suprémacistes blancs ont attaqué des manifestants pacifistes noirs en 2017. Son ouvrage " La condition noire ", publié en 2008, est d’ailleurs considéré comme la première étude notoire de black studies en France.

Profil de pacificateur, la voix toujours calme et posée

Nommé à la tête du Musée de l’Histoire de l’immigration en plein débat-polémique sur l’islamo-gauchisme à l’université, Pap Ndiaye s’est imposé comme une figure pacificatrice et posée, toujours calme. Une de ses anciennes collègues à l’EHESS dit de lui : " Il ne rentre jamais dans le conflit, même avec les gens les plus emportés, c’est désarmant dans tous les sens du terme ".

Cauchemar de l’extrême droite

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que l’extrême droite réagisse à cette nomination. Les masques tombent. Marine Le Pen, qui avait tant oeuvré à la dédiabolisation de son parti tombe de sa chaise : " La nomination de Pap Ndiaye, indigéniste assumé, à l’éducation nationale est la dernière pierre de la déconstruction de notre pays, de ses valeurs et de son avenir ".

Le président par intérim du Rassemblent national, Jordan Bardella, a estimé que Pap Ndiaye est " un militant racialiste et antiflics ". Pour l’eurodéputé, sa nomination " est un signal extrêmement inquiétant envoyé aux élèves français au sein de l’éducation nationale, déjà minée par le communautarisme ".

A gauche, Jean-Luc Mélenchon a salué " l’audace " de cette nomination

Sur le même sujet
Plus d'actualité