Attentat du Bataclan: le témoignage des Eagles of Death Metal

Deux membres des Eagles of Death Metal ont témoigné au procès des attentats du 13-novembre à Paris. Ils jouaient au Bataclan ce soir-là.

Jesse Hughes et Eden Galindo member des Eagles of Death Metal au procès des attentats du 13-novembre
©Belga

Deux membres du groupe de hard rock américain Eagles of Death Metal ont témoigné mardi au procès des attentats du 13-Novembre. " Je sentais la mort qui se rapprochait ", a déclaré devant la cour d’assises spéciale de Paris le chanteur et guitariste Jesse Hughes, cité par plusieurs médias français, dont Ouest France et BFM TV.

Dès ce soir-là, " nous savions déjà que l’on avait perdu des amis car dans mon esprit, tous ceux qui étaient au concert étaient des amis ", a témoigné Jesse Hughes. Le chanteur a raconté qu’il avait immédiatement reconnu le son des tirs et comment le groupe avait fui la salle.

Eden Galindo, l’ex-guitariste des Eagles of Death Metal, a également pris la parole pour évoquer la confusion qui avait suivi les tirs. " Je ne savais pas ce que c’était, je pensais que le système de son était en train d’exploser ", a-t-il déclaré. Et d’ajouter qu’il se souvenait encore des visages paniqués des fans au premier rang, qui ne savaient pas ce qui se passait au fond de la salle.

Une fuite par les coulisses

Le groupe a pu s’enfuir en passant par les coulisses. Eden Galindo et Jesse Hughes se sont empressés de retrouver la petite amie de ce dernier, qui se trouvait encore dans la loge des artistes, puis se sont échappés du Bataclan. " On a couru, on ne savait pas où on était ", a poursuivi l’ex-guitariste. Ils sont finalement montés dans un taxi, qui les a emmenés au commissariat de police. Là-bas se trouvaient des spectateurs " couverts de sang " venus également chercher de l’aide.

" On ne peut pas tuer le rock’n’roll "

" Ce qu’ont voulu faire les auteurs (des attentats), c’est de réduire au silence la musique, la joie de vivre ", a affirmé le leader des Eagles of Death Metal. " Mais ils ont échoué. " Jesse Hughes a dit avoir " pardonné " aux terroristes. " Je prie pour eux et pour leur âme. "

Il a conclu en citant des paroles du chanteur Ozzy Osbourne: " You can’t kill rock’n’roll " (" On ne peut pas tuer le rock’n’roll ").

Sur le même sujet
Plus d'actualité