La Russie aurait perdu un tiers de ses troupes terrestres: quel impact?

La Russie maintient la pression sur l'Ukraine mais son armée est profondément affaiblie. Sur certains fronts, elle continue même de se replier.

Militaires russes près de Marioupol
Militaires russes près de Marioupol, le 13 mai 2022 @BelgaImage

La Russie a perdu un tiers de ses forces terrestres, selon les services de renseignement britanniques. Son offensive du Donbass a perdu de son élan et accuse un retard important, affirme toujours Londres. Mais suite à la victoire de l’Ukraine à l’Eurovision, l’armée russe pourrait se montrer encore plus agressive et maintient la pression. Des bombardements supposés au phosphore auraient notamment été réalisés sur l’aciérie d’Azovstal à Marioupol suite au résultat du concours européen de la chanson.

Londres ne s’attend pas à une percée russe

"Malgré de petites avancées initiales, la Russie n’a pas réalisé de gains territoriaux substantiels au cours du mois dernier. La Russie a maintenant probablement perdu un tiers des forces terrestres qu’elle a déployées en février", ont déclaré les autorités britanniques. Les forces armées russes sont de plus en plus contraintes par des capacités réduites, un moral constamment bas et une efficacité au combat réduite. "Beaucoup de ces capacités ne peuvent pas être remplacées ou restaurées rapidement et continueront probablement à entraver les opérations russes en Ukraine", a déclaré le ministère de la Défense. Dans les circonstances actuelles, il est peu probable que la Russie accélère considérablement son avance au cours des 30 prochains jours, a-t-il déclaré.

Cela dit, ce dimanche, la Russie a largué des bombes au phosphore sur l’aciérie d’Azovstal à Marioupol, selon des sources ukrainiennes. Cela s’est produit après la victoire de l’Ukraine au concours Eurovision de la chanson. "L’enfer est venu sur Terre. À Azovstal", a écrit Petro Andrushchenko, conseiller du maire de Marioupol, sur Telegram. Il a posté une vidéo de l’attaque, qui montre également des tirs d’artillerie. Les images n’ont pas pu être vérifiées de manière indépendante.

Les bombes au phosphore s’enflamment au contact de l’oxygène et causent des dégâts dévastateurs. Son utilisation dans les zones densément peuplées est interdite par le droit international. Andrushchenko a également publié des photos avec des inscriptions sur des bombes qui semblaient indiquer qu’elles avaient été larguées en réponse à la victoire de l’Ukraine au Concours Eurovision de la chanson. La source des photos n’était pas claire, mais les bombes présumées étaient écrites en russe et en anglais: "Kalusha, comme demandé! À Azovstal".

La situation "reste très difficile"

Au lendemain de sa victoire au concours Eurovision de la chanson saluée par l’OTAN et de nombreux dirigeants européens, l’Ukraine se prépare en tout cas à des batailles décisives dans le Donbass, Kiev étant convaincu de l’emporter après des revers russes sur les lignes de front. Le président Zelensky a souligné que la "situation dans le Donbass reste très difficile". "Les troupes russes tentent d’y obtenir au moins une victoire. Petit à petit, nous forçons les occupants à quitter nos terres", a-t-il ajouté. Les forces russes s’efforcent de progresser dans cette région stratégique de l’Est, contrôlée en partie par des séparatistes prorusses depuis 2014, et dont Moscou a fait son objectif principal depuis le retrait de ses troupes des environs de Kiev fin mars.

"On se prépare à de grandes offensives à Severodonetsk, et autour de l’axe Lyssytchansk-Bakhmout", a affirmé Serguiï Gaïdaï, gouverneur ukrainien de la région de Lougansk, décrivant une situation humanitaire de plus en plus critique. "La région de Lougansk est constamment sous un feu chaotique (…) il n’y a absolument ni gaz, ni eau ni électricité", a-t-il affirmé samedi soir. Les Russes tentent notamment depuis trois semaines, sans succès, de franchir la rivière Severskyi Donets, au niveau du village de Bilogorivka.

Dans la région de Kharkiv, deuxième ville d’Ukraine, l’armée russe est également en difficulté. Les militaires ukrainiens mènent une contre-offensive et gagnent petit à petit du terrain sur ce front. Ce samedi 14 mai, les soldats russes ont été contraints de se replier. Kharkiv n’est déjà plus à la portée de leur artillerie lourde, selon France Info. Une déroute de taille qui s’apparente à un fiasco. "Il y a eu des pertes très importantes côté russe sur des séquences courtes dans le temps", explique Cédric Mas, historien militaire. Actuellement, les Russes sont repoussés à environ 40 km de Kharkiv, vers le Donbass. Est-ce qu’il faut y voir une véritable retraite ou un moment de répit avant une nouvelle offensive? Impossible de le savoir. Les troupes russes pourraient également continuer de se regrouper dans le Donbass pour y mener une percée.

Sur le même sujet
Plus d'actualité