Droit à l’avortement attaqué aux USA: et en Europe?

Un document a fuité, les États-Unis se sont embrasés. Un revirement de la Cour suprême sur la question de l’IVG  est possible, offrant aux États les plus conservateurs l’occasion de la refuser. Mais où en est l’Europe?

manifestation pour le droit à l'avortement
© Unsplash

Belgique

Chez nous, l’interruption volontaire de grossesse est dépénalisée depuis 1990 et la fameuse loi “Lallemand-Michielsen”, que le roi Baudouin avait refusé de sanctionner lui-même. Elle doit être pratiquée avant la douzième semaine.

France

En France, la loi Veil a dépénalisé l’avortement en 1975. D’abord de dix semaines, le délai a été rallongé à douze semaines en 2001. Une dépénalisation qui fait suite au très médiatique procès de Bobigny, visant une jeune fille ayant avorté après un viol et celles qui l’y avaient aidée.

Espagne

Le pays accorde le droit à l’avortement jusque 14 semaines sans restriction, 22 semaines en cas de malformation du fœtus. En 2015, le gouvernement a voulu l’interdire, sauf en cas de viol ou de danger pour la mère. Face au tollé, le projet de loi a été abandonné. Mais les médecins qui pratiquent l’IVG restent rares et elle est souvent attaquée en Espagne, pays de tradition catholique.

Irlande

L’Irlande, autre pays conservateur et très catholique, n’a légalisé l’avortement qu’en 2018 à la suite d’un référendum, avec 66 % de votes favorables. Il y est pratiqué jusqu’à la 12e semaine sans justification, jusqu’à 24 en cas de risque pour la mère.

Pologne

Le gouvernement polonais a tenté d’interdire l’avortement en 2016, il l’a finalement restreint en janvier 2021. Il n’est plus autorisé qu’en cas de viol ou de danger pour la mère. Il n’est plus possible d’avorter en cas de malformation du fœtus, ce qui représentait pourtant neuf cas sur dix en Pologne.

Finlande

La loi finlandaise conditionne l’avortement: avant 17 ans ou après 40 ans, après quatre enfants ou en raison de difficultés économiques, sociales ou de santé. Dans la pratique, l’autorisation d’un médecin permet une IVG à tout moment de la grossesse.

Et ailleurs

En Turquie, l’IVG est autorisée jusqu’à la dixième semaine, mais seulement avec le consentement du conjoint. Elle est totalement illégale dans les micro-États d’Andorre, de Malte et du Vatican. À Monaco, les médecins sont sanctionnés s’ils la pratiquent. Le droit à l’IVG est aussi largement menacé en Hongrie où Orban travaille à le supprimer.

Sur le même sujet
Plus d'actualité