Guerre en Ukraine: des victimes violées avant leur mort

Selon les autopsies de médecins légistes sur place, plusieurs preuves indiquent que des civiles ukrainiennes ont été violées avant d’être tuées par les soldats russes.  

Victimes violées en Ukraine
Des corps devant être identifiés devant une morgue, à Boutcha. (@Belga Image)

Comme si les guerres n’étaient déjà pas assez effroyables en elles-mêmes, elles sont également souvent le théâtre des pires exactions.

En Ukraine, où la barre des 4.000 civils morts ne devrait pas tarder à être dépassée, selon des médecins légistes, plusieurs victimes ont été violées avant d’être tuées par l’armée russe. C’est en tout cas le constat qu’a tiré Vladyslav Perovskyi, médecin légiste, qui effectue des dizaines d’autopsies dans les villes de Boutcha, Irpin et Borodianka, avec l’aide de son équipe. Des zones occupées par la Russie pendant un bon mois.

"Nous avons déjà quelques cas qui suggèrent que ces femmes ont été violées avant d’être abattues", a-t-il déclaré au Guardian. "Nous ne pouvons pas donner plus de détails, car mes collègues sont encore en train de collecter les données et nous avons encore des centaines de corps à examiner".

Le médecin légiste et son équipe analysent environ 15 corps par jour, dont beaucoup sont mutilés, brûlés ou très défigurant, rendant leur travail difficile, voire parfois impossible. "Le visage peut être fracassé en morceaux, on ne peut pas le reconstituer, parfois il n’y a pas de tête du tout…", explique-t-il.

Inter

Si l’équipe de Perovskyi travaille sur la question des viols, c’est parce que de nombreux témoignages sont revenus jusqu’à Oleh Tkalenko, procureur de la région de Kiev. Son bureau enquête désormais sur le sujet. Lorsque l’armée russe a quitté les villes et banlieues autour de la capitale ukrainienne, des dizaines de femmes ont raconté aux autorités et aux médias toutes les horreurs que les soldats leur ont fait subir. Certaines parlaient même d’actes tels que des viols collectifs ou devant des enfants…

"Certains corps sont dans un tel état qu’il n’est pas facile de trouver des signes de viols et d’abus sexuels. Mais dans quelques cas, nous avons recueilli des preuves qui, selon nous, montrent que des femmes ont été violées avant d’être assassinées", témoigne également un autre médecin légiste.

Et les situations et exemples de ce type sont malheureusement nombreux. À Boutcha, 25 femmes ont été enfermées dans une cave et violées. Selon les autorités locales, il se pourrait que les troupes russes utilisent le viol comme instrument de guerre.

Bien que le gouvernement ait refusé de donner des chiffres précis ou des détails, le président Zelensky a tout de même déclaré que des centaines d’Ukrainiennes avaient été violées par des soldats russes.

Toutes les données et preuves actuellement recueillies seront prochainement transmises à la Cour pénale internationale, qui enquête sur les éventuels crimes de guerre et crimes contre l’humanité en Ukraine.

Sur le même sujet
Plus d'actualité