Marioupol: les soldats ukrainiens résistent malgré l’ultimatum russe

Marioupol est en bonne partie aux mains des Russes si ce n'est dans quelques poches de résistance ukrainiennes.

Combats à Marioupol
Combats près du complexe Azovmash, à Marioupol @BelgaImage

Les troupes ukrainiennes présentes à Marioupol continuent de défendre la ville portuaire malgré l’ultimatum que leur a lancé la Russie pour ce dimanche 13h (heure locale). Selon CNN, un conseiller du maire de Marioupol a déclaré cela en réponse à l’appel du ministère russe de la Défense aux derniers défenseurs de la ville de se rendre pour rester en vie.

"Nos défenseurs persistent"

"Samedi soir, les occupants ont annoncé qu’ils donneraient aux troupes restantes la possibilité de se rendre", a déclaré le conseiller Petro Andryushchenko à Telegram. "Mais aujourd’hui nos défenseurs persistent". Samedi soir, le ministère a rapporté que Marioupol est en grande partie aux mains des Russes.

Les derniers défenseurs se seraient notamment retranchés dans une immense usine sidérurgique à l’est de la ville, sur la mer d’Azov. Selon la Russie, il s’agit de membres du bataillon nationaliste Azov et de mercenaires étrangers, ce qui ne serait pas vrai selon Andryushchenko. Les défenseurs ukrainiens seraient également ailleurs dans la ville. CNN n’a pas été en mesure de vérifier cela de manière indépendante.

Une situation incertaine

Le site stratégique de Marioupol, sur la mer d’Azov, est l’un des principaux objectifs des Russes dans leur effort pour prendre le contrôle total de la région du Donbass et former un corridor terrestre à l’est du pays à partir de la péninsule de Crimée annexée. Le ministère russe de la Défense affirme avoir "complètement nettoyé" Marioupol, si ce n’est dans un complexe industriel. L’Ukraine affirme de son côté que ses troupes résistent toujours. La situation apparaît donc incertaine.

À en croire Moscou, 23.367 soldats et mercenaires ukrainiens ont été éliminés au total depuis le début de la guerre, le 24 février dernier. Selon la même source, de toutes ces victimes, 4.000 personnes ont été tuées dans la seule ville de Marioupol, qui est en grande partie en ruines. Près de 1.500 soldats se seraient en outre rendus à ce jour, a ajouté le ministre russe de la Défense, sans pouvoir cependant apporter la preuve de ses affirmations.

L’Ukraine donne, elle, un chiffre bien inférieur pour les pertes dans ses propres rangs, le président Volodymyr Zelensky ayant déclaré dans une interview publiée vendredi qu’entre 2.500 et 3.000 soldats ukrainiens avaient été tués dans le conflit jusqu’à présent. Le président ukrainien avait, dans le même temps, évalué le nombre de morts du côté russe à environ 20.000. Moscou, pour sa part, continue de quantifier ses propres pertes à environ 1.350.

Le président Volodymyr Zelensky a menacé samedi sur un site d’information ukrainien de se retirer des pourparlers de paix avec la Russie si les combattants encore présents dans cette cité des bords de la mer d’Azov, qui comptait 441.000 habitants avant la guerre. Leur "élimination" par les forces russes "mettrait fin à toute négociation de paix", a-t-il prévenu. "Ce qu’ils font maintenant, cela pourrait mettre fin aux négociations sous quelque forme que ce soit. Il y a des hommes qui se promènent là-bas et qui les détestent absolument et je ne pense pas qu’ils épargneront leur vie", a craint M. Zelensky.

Sur le même sujet
Plus d'actualité