Covid: pourquoi l’épidémie ne recule pas à Shanghai?

Le nombre de cas de Covid-19 continue d'augmenter à Shanghai, malgré des semaines à appliquer un confinement drastique.

Travailleurs à Shanghai
Travailleurs avec des protections contre le Covid-19 dans une rue de Shanghai, le 15 avril 2022 @BelgaImage

Malgré que la ville chinoise de Shanghai observe des mesures contre le coronavirus très strictes depuis plusieurs semaines, le nombre de nouveaux cas n’y a toujours pas diminué. La Commission nationale de la santé a en effet annoncé dimanche que 24.820 infections ont été enregistrées dans la ville au cours des dernières 24 heures. La majorité des cas étaient asymptomatiques.

Une épidémie devenue trop transmissible

Pour l’instant, les autorités chinoises ne recensent aucun mort du Covid-19 à Shanghai. Un fait qui provoque d’ailleurs l’incompréhension de nombreux habitants, frappés qu’un confinement aussi sévère soit appliqué dans ces conditions. Ceux-ci ont l’interdiction de sortir de leurs appartements et sont obligés de commander de la nourriture pour se nourrir ou attendre des livraisons gouvernementales.

Interrogé par la BBC, le professeur Martin Hibberd de la London School of Hygiene and Tropical Medicine juge que ce lockdown n’est pas adapté au contexte actuel de la pandémie. En cause: le variant Omicron, arrivé en Chine fin février. Il y a une semaine, il suggérait que ces mesures strictes ne suffiraient peut-être pas à lutter contre sa haute transmissibilité à Shanghai, surtout vu l’omniprésence de cas asymptomatiques. Depuis, les cas ont continué de grimper. Il estime en parallèle que la priorité devrait plutôt être de se concentrer sur les personnes âgées, une population globalement moins vaccinée à Shanghai. Les Chinois de plus de 80 ans sont par exemple 59% à avoir reçu une dose de vaccin, 51% à en avoir eu deux et 20% à avoir bénéficié de la troisième.

Objectif zéro Covid, envers et contre tout

Shanghai se trouve au milieu d’une forte vague de coronavirus, la plus importante que le pays ait connue depuis le début de la pandémie, il y a deux ans. Une grande partie des quelque 26 millions d’habitants ne sont pas autorisés à quitter leur domicile depuis plusieurs semaines mais les restrictions strictes n’ont eu aucun effet jusqu’à présent. Il y a une semaine et demie, les autorités de la ville avaient signalé pour la première fois plus de 20.000 nouvelles infections par jour. Depuis lors, le nombre de cas est resté plus ou moins constant.

Alors que le reste du monde tente de vivre avec le virus du mieux qu’il peut, Pékin s’en tient toujours à une stratégie rigide de lutte contre le virus, combattant même les petites épidémies par des couvre-feux draconiens, des tests de masse et une recherche intensive des contacts. Actuellement, plusieurs villes chinoises sont d’ailleurs partiellement ou totalement confinées. Mais alors que les citoyens avaient initialement accepté la stratégie des autorités de manière plutôt détendue, on assiste aujourd’hui à une grogne de plus en plus forte de la part de mécontents.

Sur le même sujet
Plus d'actualité