Le Pen dénonce une "trahison" de Mélenchon

Pénalisée par la consigne de vote de Jean-Luc Mélenchon contre elle, Marine Le Pen exprime son mécontentement contre le candidat de gauche radicale.

Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon
Télévision diffusant les prises de parole de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, le 10 avril 2022 @BelgaImage

Marine Le Pen a dénoncé mardi une "trahison" de Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) vis-à-vis de ses électeurs, appelés à ne pas donner aucune voix à la candidate du Rassemblement national (RN) au second tour de la présidentielle française alors que, selon elle, Emmanuel Macron a mené "une politique violemment antisociale".

"Une source de grand étonnement"

"C’est une trahison quand même de sa part [Jean-Luc Mélenchon], car ses électeurs attendent de la protection", et "en laissant penser qu’Emmanuel Macron doit être réélu, il leur supprime toute capacité à être protégés. C’est tout de même très grave", a estimé la dirigeante d’extrême droite sur France Inter. "Le comportement de Jean-Luc Mélenchon a été pour moi une source de grand étonnement, parce qu’il a été plus dur il y a cinq ans face à un Emmanuel Macron virtuel [qui n’avait pas de bilan puisqu’il était candidat pour la première fois] qu’il ne l’a été dimanche soir face à un Emmanuel Macron réel (…), après cinq ans de démonstration d’une politique violemment antisociale", a développé Mme Le Pen.

Elle en a déduit que le candidat LFI, arrivé troisième au premier tour avec près de 22% des suffrages exprimés, "a choisi l’intérêt de ses élus plutôt que l’intérêt de ses électeurs: il est déjà dans les législatives, il imagine être le chef de la gauche, et donc il se fonde sur la chose susceptible de les réunir, c’est-à-dire l’antilepénisme". M. Mélenchon a appelé dimanche soir ses électeurs à ne "pas donner une seule voix" à Mme Le Pen au second tour lors duquel elle sera opposée à M. Macron.


L’enjeu pour Marine Le Pen est considérable vis-à-vis de cette question de l’électorat de Jean-Luc Mélenchon. Son réservoir de voix est énorme et avant la consigne de vote du candidat de gauche radicale, 23% de ses électeurs ont fait savoir lors d’un sondage Ifop qu’ils voteraient Marine Le Pen (33% pour Emmanuel Macron et 44% d’absentions). Le scrutin s’annonçant serré, il s’agit donc pour elle de contrebalancer ce revers, quitte à s’attaquer directement à Mélenchon.

Sur le même sujet
Plus d'actualité