La presse française désabusée face au "match retour" Macron-Le Pen

La presse française s'inquiète de ce deuxième tour de la présidentielle et fait le bilan des conséquences déjà très concrètes de l'élection.

Affiches électorales d'Emmanuel Macron et Marine Le Pen
Affiches électorales d’Emmanuel Macron et Marine Le Pen, à Rennes le 10 avril 2022 @BelgaImage

"C’est reparti pour un tour", lance le Courrier Picard. La presse française de lundi s’appesantit sans grand enthousiasme sur la réédition de l’affiche de 2017 pour le second tour de l’élection présidentielle française entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, sur fond d’amertume française.

"Pas elle"

"Comme on disait autrefois aux enfants, la surprise, c’est qu’il n’y a pas de surprise! Le match Macron-Le Pen, ce match retour dont, paraît-il, les Français ne voulaient pas, aura bien lieu", assène Alexis Brézet dans Le Figaro. Sans surprise, les quotidiens de gauche s’en désolent. "Cette fois, ça craint vraiment", titre Libération en Une sur fond noir, puis "Triste repetita" en page 2. "Pas elle", placarde L’Humanité, avec deux L figurés par les flammes du logo du Rassemblement national.

La surprise aurait été sans doute que Jean-Luc Mélenchon, donné initialement troisième et qui avait lui-même fait part de sa "déception", finisse par doubler Marine Le Pen en raison du comptage tardif du vote urbain, et cela a retardé nuitamment la publication de certaines Unes de journaux. Le coup de théâtre ne s’est finalement pas produit. "Match retour", donc, c’est le titre du Télégramme et celui du Parisien/Aujourd’hui en France, agrémenté d’un "avantage Macron", comme pour un favori au football.

"Un paysage bouleversé"

Plusieurs journaux annoncent sobrement en Une le mano a mano, illustré de l’effigie des deux finalistes: c’est "L’affrontement" (Nord éclair), "La confrontation" (La Croix) de deux candidats "De nouveau face à face" (Sud Ouest), "Le duel" (Les Echos, L’Est Républicain) ou "nouveau duel" (Le Figaro), voire "Le duel des valeurs" (Midi Libre). "Même affiche, autre duel", nuance toutefois La Voix du Nord en Une, ou "On prend les mêmes…", grince Corse Matin.

Ci et là perce le désarroi de la population, tel que perçu par les éditorialistes. "La disruption et le social-populisme se retrouvent face à face à l’issue d’un premier tour (presque) couru d’avance et d’une campagne atone, voire aphone. Comme si rien ne s’était passé pendant le quinquennat marqué par les événements les plus inquiétants que le pays ait connus depuis des décennies", s’alarme ainsi La Montagne. "Le clivage dangereux qui s’est installé lors de la dernière présidentielle se confirme", pointe La Croix, "comme si la France, longtemps ambidextre, se découvrait bipolaire", prolonge Sud Ouest. Ou alors coupée en quatre et difficile de "digérer ce quatre-quarts", composé des parts "abstentionnisme, extrême droite, gauche radicale et centrisme de droite et de gauche", grimace L’Alsace, nouvelle recette qui remplace un "ancien monde lessivé", comme titre L’Est Républicain.

"Duel inchangé dans un paysage bouleversé", résume en Une La Marseillaise. Principales victimes de ce "demi-siècle de politique française effacé" selon la formule de L’Opinion: le parti socialiste et Les Républicains, "canards sans tête capables de courir encore quelques mètres avant de s’apercevoir qu’ils sont morts" (Ouest-France).

Un front républicain mais un 2e tour serré

Marine Le Pen peut-elle désormais accéder à l’Elysée? La presse traduit la petite musique ambiguë de l’électorat vis-à-vis du front républicain. En témoigne ce dessin d’Urbs dans Sud Ouest, ironisant sur le mot d’ordre "Après avoir fait barrage, refaites barrage!", où l’on voit une personne accoudée au comptoir, verre de rouge à la main, qui lance au barman ébaubi: "Ils nous prennent pour des castors?". Politiquement, "le problème pour le chef de l’Etat, qui a favorisé l’explosion du paysage politique, est de savoir sur qui s’appuyer au second tour", constate Le Télégramme, estimant que si Marine Le Pen "ne rate pas son oral de rattrapage lors du débat des finalistes, l’Elysée est à portée de main".

"Macron-Le Pen, vers un 2nd tour serré", titre d’ailleurs Centre Presse en Une. La candidate RN s’est normalisée, juge L’Union, à l’édito titré "Comment Marine fait oublier Le Pen", et d’après Dernières Nouvelles d’Alsace, Emmanuel Macron "n’est pas à l’abri d’un report du vote populaire qui s’est dans un premier temps porté sur Mélenchon, mais qui pourrait en partie fort bien migrer vers Le Pen". Le président sortant "bénéficie d’un collier d’immunité: la guerre en Ukraine l’aurait empêché d’entrer dans les débats, de défendre un bilan ou de présenter un programme. Il l’a joué au premier tour, il ne pourra pas s’en servir pour le second. Il va falloir monter sur le ring", affirme le Courrier Picard.

Sur le même sujet
Plus d'actualité