Guerre en Ukraine: un nouveau charnier à Buzova, 1.200 corps découverts à Kiev

Quelques jours après la découverte du «massacre de Boutcha», des dizaines de corps de civils ont été retrouvés à Buzova, village à l'ouest de Kiev.

Guerre en Ukraine: un nouveau charnier à Buzova, 1.200 corps découverts à Kiev
Des dizaines de corps ont été retrouvés à Boutcha, au nord-ouest de Kiev, après le retrait des forces russes. © Belga Image

Une fosse commune renfermant plusieurs dizaines de corps appartenant apparemment à des civils ukrainiens a été découverte samedi à Buzova, un village situé à l’ouest de la capitale Kiev, ont indiqué les autorités locales, citées dimanche par l’agence de presse allemande DPA.

Un charnier a été mis au jour à proximité d’une station-service, tandis que d’autres corps ont été retrouvés dans des carcasses de voitures sur la route principale reliant Kiev et Jitomir, à l’ouest, a déclaré à la télévision ukrainienne le maire du village, Taras Didych.

Les troupes russes se sont récemment retirées des environs de Kiev, après avoir passé les premières semaines de la guerre à tenter sans succès de prendre la capitale. La Russie est pointée du doigt après la découverte, à Boutcha, du massacre de dizaines de civils après le retrait de son armée. Au moins 50 personnes ont également été tuées dans une frappe de missile vendredi sur la gare de Kramatorsk, dans le Donbass, où les civils se pressaient pour fuir l’est de l’Ukraine, cible des forces russes. Moscou nie là aussi toute responsabilité.

"Boutcha ne s’est pas fait en un jour"

Le chef de la diplomatie ukrainien Dmytro Kouleba a appelé les scientifiques à étudier les effets de la propagande russe qui a, selon lui, préparé le terrain pour les atrocités de Boutcha. " Boutcha ne s’est pas fait en un jour. Pendant de nombreuses années, les élites politiques et la propagande russes ont incité à la haine, déshumanisé les Ukrainiens, nourri la supériorité russe et préparé le terrain pour ces atrocités ", a écrit M. Kouleba sur Twitter. " J’encourage les chercheurs et chercheuses du monde entier à examiner ce qui a conduit à Boutcha ", a-t-il poursuivi.

Le massacre de Boutcha a provoqué des condamnations horrifiées du monde entier et poussé les alliés de Kiev à prendre de nouvelles sanctions contre la Russie. Boutcha est devenue le symbole des atrocités de la guerre, mais les découvertes ne se limitent pas à cette ville.

Plus de 1200 corps découverts dans la région de Kiev

L’Ukraine a ouvert 5.600 enquêtes impliquant 500 suspects pour crimes de guerre présumés sur son territoire depuis le début de l’invasion russe, a indiqué dimanche la procureure générale d’Ukraine Iryna Venediktova sur la chaîne britannique Sky News. Plus de 1.200 corps ont été découverts à ce jour dans la région de Kiev, a-t-elle ajouté.

Qualifiant le président russe Vladimir Poutine de " principal criminel de guerre du 21e siècle ", la procureure générale ukrainienne a notamment cité l’attaque ayant visé la gare de Kramatorsk (est) dans laquelle 52 civils, dont cinq enfants, ont été tués dans une frappe attribuée à un missile russe. " Absolument, c’est un crime de guerre ", a déclara Mme Venediktova, affirmant avoir des "preuves" que la Russie était derrière l’attaque. " Ces personnes voulaient juste sauver leur vie, elles voulaient être évacuées. "

Rien que dans la région de Kiev, en partie occupée pendant plusieurs semaines par les forces russes, 1.222 civils sont décédés, selon la procureure générale d’Ukraine. Il y a une semaine, Mme Venediktova avait fait état de 410 civils morts retrouvés dans les territoires libérés de la région de Kiev. La procureure avait alors laissé entendre qu’il y avait sans doute beaucoup d’autres cadavres qui n’avaient pas encore été ramassés et expertisés. " Ce que nous découvrons sur place, partout en Ukraine, ce sont des crimes de guerre et contre l’humanité. "

Fin mars, le Conseil des droits humains de l’Onu a chargé un juge norvégien ayant siégé dans plusieurs tribunaux internationaux de diriger l’enquête sur les violations commises par la Russie lors de la guerre en Ukraine. La Cour pénale internationale (CPI) basée à La Haye enquête également sur des allégations de crimes de guerre en Ukraine. La semaine dernière, le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait annoncé qu’un "mécanisme spécial" allait être créé pour " enquêter sur tous les crimes des occupants dans notre pays et les poursuivre ", ajoutant qu’il fonctionnerait sur la base du " travail commun d’experts nationaux et internationaux ". " Ce mécanisme aidera l’Ukraine et le monde à traduire en justice ceux qui ont déclenché ou participé de quelle que manière que ce soit à cette terrible guerre contre le peuple ukrainien et aux crimes contre notre peuple ", avait expliqué le chef de l’État.

Sur le même sujet
Plus d'actualité