Présidentielle française: les différents scénarios possibles

Le duel Macron-Le Pen est annoncé par tous les sondages, mais le premier tour de la présidentielle française peut encore basculer.

France 2022
© BelgaImage

Qui va passer le premier tour de l’élection présidentielle française 2022? Vendredi, les sondages ont présenté leurs derniers chiffres et pronostics avant le scrutin de ce dimanche. Trois candidats se démarquent clairement: Emmanuel Macron, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Mais rien n’est encore joué.

"On peut exclure une énorme giga surprise du type Emmanuel Macron battu dès le premier tour, Éric Zemmour présent au second ou Anne Hidalgo à plus de 10 % des voix, assure à nos confrères de La Libre Bruno Cautrès, chercheur au CNRS et enseignant au Centre de recherches politiques de Sciences Po. Mais il existe des éléments d’incertitude, car la dernière ligne droite de la campagne est marquée par une forte hausse des intentions de vote en faveur de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon et une érosion des possibles votes pour Emmanuel Macron. En somme, on connaît a priori le podium. Mais on n’est pas certains de l’ordre d’arrivée des trois premiers candidats."

Macron-Le Pen ou Le Pen-Macron?

Une tendance se dessine nettement. Comme cinq ans plus tôt, Emmanuel Macron et Marine Le Pen seraient les deux candidats qualifiés au second tour. Le président sortant reste en tête dans tous les sondages, mais l’écart avec sa principale rivale se réduit. Selon le sondage de BFMTV, L’Express et SFR, un seul point les séparerait, avec 26% des intentions de vote pour le premier et 25% pour la seconde.

Alors qu’elle récoltait moins de 18% des intentions de vote en mars, Marine Le Pen a progressivement remonté la pente. Au point de gagner ce dimanche?

Abstention record

Une inconnue pèse toutefois sur cette campagne présidentielle: l’abstention des citoyens français, connus pour bouder les urnes. En 2017, 22% d’entre eux n’avaient pas voté au premier tour, soit un électeur sur quatre. Cette année, l’abstention pourrait atteindre un niveau encore jamais enregistré auparavant: jusqu’à 30%.

Cette abstention potentiellement massive – et imprévisible – pourrait faire basculer les pronostics. Elle représente surtout un risque pour Marine Le Pen, qui puise son électorat parmi celles et ceux qui sont les moins sûrs d’aller voter et les moins sûrs de leur vote: les jeunes et les personnes issues du milieu populaire.

"Les plus mobilisés, ce sont les modérés, des électeurs qui se reconnaissent dans les candidats du centre, principalement Emmanuel Macron aujourd’hui. Auxquels s’ajoutent les libéraux, plutôt élitistes et pro-système", analyse le professeur de science politique Jean-Yves Dormagen.

La surprise Mélenchon

Et à gauche? Jean-Luc Mélenchon a grappillé – lentement mais sûrement – des points, jusqu’à obtenir entre 16% et 17,5% des intentions de vote, selon les sondages. En troisième position, l’Insoumis ne perd pas espoir de mobiliser les indécis et de créer la surprise en se qualifiant à la place de Marine Le Pen. Mais c’est l’hypothèse la moins probable.

Sur le même sujet
Plus d'actualité