Zelensky critique Viktor Orban lors d’un discours vidéo

Le président ukrainien a pris un ton sévère envers son collègue hongrois, pointé du doigt car moins enclin à aider l'Ukraine face à la Russie.

Discours de Zelensky au Parlement européen
Diffusion du discours de Zelensky au parlement européen, le 1er mars 2022 à Bruxelles @BelgaImage

Lors de son adresse vidéo aux chefs d’État ou de gouvernement européens, le président ukrainien Volodimir Zelensky s’est prononcé jeudi soir contre le Premier ministre hongrois Viktor Orban. "Écoute Viktor, tu sais ce qui se passe à Marioupol?", lui a-t-il demandé. Selon Zelensky, la Hongrie continue de bloquer les sanctions contre la Russie.

"Vous devez décider vous-même de quel côté vous êtes"

Zelensky a parlé aux dirigeants des souffrances de son peuple dans la guerre avec la Russie. Il les a remerciés pour leurs transferts d’armes et les sanctions européennes contre la Russie. À la fin de son discours, Zelensky s’est adressé à chaque pays séparément. Il a terminé avec la Hongrie. "Je veux être honnête, une fois pour toutes. Vous devez décider vous-même de quel côté vous êtes. Vous êtes un pays souverain", s’est-il adressé au Premier ministre Orban, selon une traduction en anglais du discours sur la page Facebook de Zelensky.

Le président a fait référence à un mémorial de guerre bien connu à Budapest. Sur une longueur de plusieurs dizaines de mètres, des chaussures en métal bordent le Danube, en souvenir des hommes, femmes et enfants juifs fusillés pendant la Seconde Guerre mondiale. "Écoute Viktor, sais-tu ce qui se passe à Marioupol?", a-t-il dit en s’adressant au Premier ministre hongrois. "S’il vous plaît, allez sur le rivage et voyez comment des massacres peuvent encore se produire aujourd’hui. C’est exactement ce que fait la Russie". "Ces chaussures, ce sont les habitants de Marioupol. Des milliers. Et maintenant ils sont partis. Et puis vous doutez de l’opportunité d’imposer des sanctions (à la Russie)? D’autoriser ou non les livraisons d’armes? De continuer à commercer avec la Russie? N’hésitez pas maintenant, mais décidez, nous croyons en vous. Nous avons besoin de votre soutien"

Sur le même sujet
Plus d'actualité