Pétrole russe: l’UE soupèse la possibilité d’imposer un embargo

Des sources anonymes pointent notamment que certains actes de la Russie pourraient entraîner un embargo de l'UE sur le pétrole russe.

Pistolet à essence
Illustration d’un pistolet à essence @BelgaImage

‘UE œuvre à un cinquième train de sanctions contre la Russie et soupèse même la possibilité d’un embargo sur le pétrole, a confié une source européenne souhaitant rester anonyme à l’agence de presse Reuters.

Les pays baltes pour l’embargo, pas de tabou pour la France

Des diplomates ont aussi fait part à l’agence que les États baltes, et en particulier la Lituanie, poussaient pour qu’un tel embargo soit de mise, comme étape logique dans la réponse de l’Occident à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Mais d’autres pays, comme l’Allemagne, mettent en garde contre des décisions trop précipitées, vu les prix déjà élevés de l’énergie. La France a assuré qu’il n’y avait pas de tabous dans les sanctions qui feront l’objet de nouvelles discussions.

Selon des sources anonymes, l’utilisation d’armes chimiques par la Russie ou de très lourds bombardements sur Kiev pourraient être des déclencheurs d’un embargo sur le pétrole russe. Les ministres européens des Affaires étrangères doivent se pencher lundi sur ces nouvelles sanctions avant la venue du président américain Joe Biden à Bruxelles, pour des réunions avec l’UE et l’OTAN.

Moscou a averti que l’approvisionnement en gaz serait coupé si l’UE imposait un embargo sur le pétrole. L’UE dépend à 40% de l’approvisionnement en gaz depuis la Russie et l’Allemagne est le pays du bloc le plus dépendant de ce gaz, mais est aussi le premier acheteur européen de pétrole russe.

Sur le même sujet
Plus d'actualité