Zelensky : "Les roquettes russes vont tomber" sur l’Otan sans no-fly zone

Le président ukrainien prévient que sans zone d'exclusion aérienne au-dessus de son pays, l'Otan pourrait bientôt subir des bombardements russes.

Zelensky à Kiev le 11 mars
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le 11 mars 2022 à Kiev @BelgaImage

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a de nouveau exhorté lundi l’Otan d’instaurer une zone d’exclusion aérienne au-dessus de son pays, prévenant qu’à défaut l’organisation risquait de voir des "roquettes russes" tomber sur ses États membres.

Déjà des bombardements "à seulement 20 kilomètres des frontières de l’Otan"

"Si vous ne verrouillez pas notre ciel, ce n’est qu’une question de temps, les roquettes russes vont tomber sur votre territoire, sur le territoire de l’Otan, sur les maisons des citoyens de l’Otan", a déclaré M. Zelensky dans une allocution vidéo diffusé peu après minuit. Il s’exprimait au lendemain de frappes aériennes russes sur une base d’entraînement ukrainienne située à une vingtaine de kilomètres de la Pologne, membre de l’Otan et de l’UE, près de la ville ukrainienne de Lviv (ouest). Selon les Ukrainiens, ces bombardements ont fait 35 morts et 134 blessés.

"Trente missiles sur la seule région de Lviv", a déclaré le président. "Il ne se passait rien qui puisse menacer le territoire de la Fédération de Russie. Et à seulement 20 kilomètres des frontières de l’Otan". "L’an dernier, j’avais clairement prévenu les dirigeants de l’Otan que si des mesures préventives sévères n’étaient pas prises contre la Fédération de Russie, elle déclencherait la guerre", a-t-il ajouté.

Le général polonais Waldemar Skrzypczak, ex-commandant de l’armée de l’air, avait indiqué plus tôt dans la journée que cette base servait à la formation d’unités de la légion étrangère, avec des volontaires qui arrivent en Ukraine pour combattre les Russes. C’est là également qu’arrive une partie de l’aide militaire livrée par les pays occidentaux à l’Ukraine depuis son invasion par la Russie le 24 février.

Concernant le journaliste américain Brent Renaud, tué près de Kiev dimanche, "c’était une attaque délibérée de l’armée russe", a assuré le président ukrainien. Un autre journaliste américain se trouvant dans le même véhicule que le défunt a été blessé, ainsi qu’un civil ukrainien.

Sur le même sujet
Plus d'actualité