Kiev quasi encerclée, Marioupol bloquée et 70% du territoire de Lougansk occupé

La situation sur le front devient de plus en plus précaire pour les positions ukrainiennes, surtout que la capitale Kiev est désormais encerclée.

Troupes pro-russes occupant Volnovakha
Troupes pro-russes occupant Volnovakha (oblast de Donetsk), le 11 mars 2022 @BelgaImage

Les forces russes sont positionnées autour de Kiev samedi matin et "bloquent" Marioupol, où des milliers de personnes subissent un siège dévastateur, dans le sud de l’Ukraine, pays bombardé depuis plus de deux semaines. Les troupes russes contrôlent environ 70% de Lougansk, dans l’est de l’Ukraine, a également indiqué samedi le gouvernement régional.

Catastrophe humanitaire à Marioupol, Kiev au cœur de l’attention

Les médias locaux rapportaient samedi matin des sirènes d’avertissement anti-bombardement sur l’ensemble du territoire ukrainien, notamment les grandes villes de Kiev, Odessa, Dnipro et Kharkiv. Après douze jours de siège, Marioupol, port stratégique, se trouve sans eau, sans gaz, sans électricité, sans communications, et on y voyait ces derniers jours des gens se battre pour de la nourriture. Une situation "quasi désespérée", a alerté Médecins sans frontières (MSF). "L’ennemi bloque toujours Marioupol", a lancé vendredi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky. "Les troupes russes n’ont pas laissé entrer notre aide dans la ville", a-t-il ajouté promettant d’essayer une nouvelle fois d’y acheminer "demain", samedi, nourriture, eau et médicaments. "Marioupol assiégée est à présent la pire catastrophe humanitaire sur la planète. 1.582 civils tués en 12 jours, enterrés dans des fosses communes comme celle-ci", a pour sa part accusé vendredi le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba dans un tweet accompagnée de la photo d’une tranchée.

Outre Marioupol, les Russes concentrent leurs efforts sur les villes de Kryvy Rig, Kremenchug, Nikopol et Zaporijia, selon l’armée ukrainienne. Mais leur cible principale reste Kiev, qu’ils tentent d’encercler. Présents dans les faubourgs de la capitale, ils cherchent à éliminer les défenses dans plusieurs localités à l’ouest et au nord de la ville pour la "bloquer", a déclaré l’état-major ukrainien. "Kiev est un symbole de la résistance" qui se prépare à une "défense acharnée", a proclamé dans une vidéo Mykhailo Podolyak, un conseiller du président Volodymyr Zelensky.

Selon le représentant Serhi Hajdaj, les parties du territoire de Lougansk qui sont encore sous le contrôle de Kiev sont constamment bombardés et il y a des dizaines de civils blessés et tués, alors qu’aucun corridor humanitaire n’est mis en place. Une information qui n’a pas pu être recoupée de manière indépendante, précise l’agence de presse allemande DPA. Des parties de Lougansk et de Donetsk sont sous contrôle des séparatistes pro-russes depuis 2014. L’invasion russe de l’Ukraine a commencé après que le président russe Vladimir Poutine a officiellement reconnu les territoires comme États indépendants fin février.

En parallèle, la crise humanitaire s’étend, avec plus de 2,5 millions de personnes ayant fui l’Ukraine, dont 116.000 sont des ressortissants de pays tiers, depuis le lancement de l’invasion russe le 24 février, selon les chiffres publiés vendredi par les Nations unies. A ceux-là s’ajoutent environ deux millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays, a précisé le chef de l’agence de l’ONU pour les réfugiés, Filippo Grandi.

Sur le même sujet
Plus d'actualité