Où se cache Poutine pendant la guerre en Ukraine?

Vladimir Poutine ne laisse que peu d'indices sur son lieu de résidence mais ces derniers jours, il a fréquenté régulièrement au moins deux endroits.

Vladimir Poutine à Novo-Ogaryovo
Vladimir Poutine en vidéoconférence à Novo-Ogaryovo, près de Moscou, le 4 mars 2022 @BelgaImage

Tout le monde ne parle que de lui mais avec la guerre en Ukraine, Vladimir Poutine se fait encore plus discret qu’à l’accoutumée. Rares sont les éléments d’information qui permettent de tracer le quotidien du président russe ces jours-ci. Le dirigeant de 69 ans entretient le mystère autour de lui et les spéculations sont nombreuses pour savoir notamment qui l’entoure et le conseille. Même son lieu de résidence paraît incertain. Seuls quelques indices permettent d’imaginer où il se terre.

À Moscou mais où?

Interrogé par la VRT, Jan Balliauw, journaliste expert de la Russie, estime que "personne ne sait exactement où Vladimir Poutine se trouve actuellement, mais nous pouvons supposer qu’il se trouve principalement à Moscou ces jours-ci". Si cela s’avère exact, encore faudrait-il savoir où dans la capitale russe. Le secret entretenu autour de Vladimir Poutine est tellement prégnant que Balliauw fait la comparaison avec l’époque soviétique, quand des kremlinologues étaient entièrement dédiés au déchiffrage de ce qui se passait au cœur du pouvoir moscovite.

L’endroit qui vient immédiatement à l’esprit, c’est tout simplement le Kremlin, l’ancienne forteresse des tsars située juste à côté de la Place Rouge de la capitale russe. Résidence officielle et lieu de travail du président russe, cela semblerait a priori logique. C’est d’ailleurs là qu’il était le 5 mars pour accueillir le Premier ministre israélien Naftali Bennett, en déplacement à Moscou. Idem le 1er mars lorsqu’il a reçu notamment le gouverneur de Saint-Pétersbourg Alexander Beglov, et le 2 mars quand il a rencontré Alexander Shokhin, le président de l’Union russe des industriels et des entrepreneurs. Le Kremlin est donc au minimum un des lieux de rendez-vous du chef d’État russe.

Novo-Ogaryovo: son refuge

Pour autant, cela ne veut pas dire que Vladimir Poutine y passe l’essentiel de son temps. Ces dernières années, il a eu tendance à se rendre ailleurs. C’est notamment le cas de Sotchi, cette ville au bord de la mer Noire et au climat quasi méditerranéen qui a accueilli les Jeux olympiques de 2014. Mais la station balnéaire est située très loin de Moscou, à près de 1.350 km à vol d’oiseau. Il ne s’y trouve de toute évidence pas.

Une autre hypothèse semble bien plus probable: Novo-Ogaryovo. Cette propriété située en banlieue ouest de la capitale a été construite par le grand-duc Serge Alexandrovitch à la fin du XIXe siècle puis modifiée au fil du temps. Entourée d’une forêt de pins et avec un accès direct à une autoroute qui file droit vers le centre de Moscou, elle sert aujourd’hui de résidence officielle du président. Au cours de ses mandats successifs, Vladimir Poutine y a passé de plus en plus de temps. Aujourd’hui, Novo-Ogaryovo est de facto son principal refuge. Pendant la crise sanitaire du Covid-19, c’est là-bas qu’il s’est isolé.

À nouveau, le fait de le retrouver là-bas paraîtrait normal. Si tel est le cas, cela voudrait qu’il n’aurait pas si peur de se cacher. L’attachement de Vladimir Poutine à Novo-Ogaryovo est de notoriété publique en Russie. Ce qui est sûr, c’est que ces derniers jours, il y passe au moins une partie de son temps. Le 3 mars, il était par exemple sur place lors d’une vidéoconférence avec les membres du conseil de sécurité russe. Le lendemain, rebelote pour assister depuis le même bureau à la cérémonie de hissage du drapeau national sur le ferry Marshal Rokossovsky.

Un président de plus en plus reclus

Tous ces indices tendent à confirmer que Vladimir Poutine est bien à Moscou ou à proximité. Si cela se confirme, reste à savoir s’il est plus au Kremlin, à Novo-Ogaryovo ou ailleurs aux alentours de la capitale. La question est en suspens. En tout cas, a priori, Vladimir Poutine semble plutôt de plus en plus isolé, avec de rares personnes dans son entourage. La politologue Tatiana Stanovaya, spécialiste du pouvoir russe, explique à la DH que "Poutine a perdu le besoin d’écouter les conseillers depuis longtemps". La crise du Covid a accentué cette situation, comme le confirme aussi au quotidien Deník N la journaliste tchèque Petra Procházková, experte des hautes sphères du Kremlin.

Résultat: les libéraux, les ministres et les diplomates sont de plus en plus éloignés du président, au profit de l’armée. "Il se rapproche beaucoup plus du personnel militaire et de sécurité, simplement parce qu’il pense que c’est le véritable agenda d’aujourd’hui", explique Tatiana Stanovaya. Ancien du KGB, Poutine aurait aussi une affinité particulière avec des officiers opérationnels de rang inférieur. Un cercle au final très restreint qui pourrait biaiser sa perception de la réalité. Puis il y a un autre problème: celui ou celle qui aurait l’idée de s’éloigner de la ligne politique du Kremlin risquerait d’être traité comme un traître. Un climat tendu qui amène toute la classe politique et les oligarques à soutenir le Kremlin, quoi qu’il en coûte et même s’ils ne sont plus des confidents de Vladimir Poutine.

Sur le même sujet
Plus d'actualité